Digneron: D'un coup, 1 700 Haïtiens perdent leur gagne-pain 

Faute de pouvoir s’approvisionner en carburant sur le marché local, plusieurs entreprises du pays annoncent une réduction du nombre d’heures de fonctionnement et d’autres tout simplement leur fermeture jusqu’à nouvel ordre. La situation d’insécurité généralisée qui prévaut dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince est également un sujet de grande préoccupation pour certaines entreprises. C’est le cas de Digneron Manufacturing SA qui annonce, dans une correspondance adressée au ministère des Affaires sociales et du Travail (MAST), qu’elle est dans l’obligation de mettre en disponibilité sans solde ses 1700 employés.

Publié le 2022-11-03 | lenouvelliste.com

Il y a plus de sept semaines que le carburant n’est plus distribué dans les stations de services et dans les entreprises commerciales. Certaines entreprises comme Digneron Manufacturing ont épuisé leur réserve de carburant pensant que la crise n’allait pas autant perdurer. C’est ce qui pousse cette dernière à fermer ses portes temporairement.  

« La Digneron Manifacturing a fait, dans les limites de ses moyens, tout son possible pour maintenir ses activités garantissant l’emploi et les revenus à ses 1 700 employés », écrit Alain Villard, le directeur général de cette entreprise dans la lettre adressé en date du 28 octobre 2022 à Guerline Jean  Louis, la directrice du travail au MAST.

Malheureusement, poursuit le responsable, l’espoir d’une amélioration de la situation sécuritaire pouvant faciliter le dédouanement des matières premières et l’approvisionnement en carburant parait de plus en plus improbable et incertain. C’est ce qui justifie la mise en disponibilité, sans solde, de ses employés, conformément à l’article 32 du Code du travail.

Rappelant que c’est pour la deuxième fois en huit mois que cette entreprise a dû fermer ses portes à cause de l’insécurité et ses conséquences. « Malgré le fait que la grande majorité des employés se trouvent dans la zone, la situation d’insécurité est telle qu’ils n’ont pas pu venir travailler », a appris le journal.

Croix-des-Bouquets, la zone où se trouve le parc industriel, est l’une des zones dangereuses du pays. Des gangs dictent leurs lois en toute impunité.  En plus de ne pas pouvoir s’approvisionner en carburant et en matières premières, un container de l’entreprise a été détourné. Cette commune est un lieu où les gangs armés s’affrontent régulièrement  plombant encore plus les activités économiques dans cette partie du pays.

Digneron Manufacturing n’est, par ailleurs, pas la seule entreprise à avoir été contrainte de fermer ses portes. D’autres plus résilientes adoptent des horaires différents, mettent une partie de leurs employés en disponibilité avec ou sans solde et réduisent les salaires.

C’est le cas du Groupe Boulos composant de Delimart, d’Universal Motors et d’Auto Plaza qui a annoncé des mesures similaires.

Ce groupe d’entreprises auquel fait partie Digneron Manufacturing dit espérer la reprise totale des activités afin de continuer à desservir leurs clients respectifs et contribuer à améliorer les conditions de vies des couches les plus vulnérables du pays, en particulier leurs employés directs.



Réagir à cet article