Guy Bélizaire finaliste du prix Émergence AAOF 2021

Culture - La nouvelle est tombée. L’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF) a dévoilé le mardi 14 septembre 2021, les noms des trois finalistes de l’édition 2021 du prix émergence AAOF. L’écrivain haïtien Guy Bélizaire est retenu parmi les trois finalistes. L'étoile montante de la littérature haïtienne est finaliste pour son premier roman « Rue des rêves brisés » publié aux éditions l’Interligne, à Ottawa au Canada. Le jury du prix littéraire Émergence AAOF 2021 se dit «touché droit au cœur» par le récit de Guy Bélizaire, qui met en contradiction les rêves de deux générations d'immigrants. Pour le jury, «Rue des rêves brisés...

Joël Lorquet limen boukan dife literati

Culture - Boukan dife literati s on liv ansyen jounalis Joël Lorquet pibliye nan lane 2010 sou chapo Imprimerie Média – Texte. Liv sila a se tras pasaj li nan jounal Boukan soti lane 1983 pou bout 1991. Ak liv sa a, atis evanjelik la  mennen nou nan yon epòk, kon di chante a, si w fèt avanyè ou pa ka konnen. Non. Detwonpe ou. « Boukan dife literati » pa yon travay teyorik sou literati oswa yon liv refleksyon sou kesyon an. Mwen te anvi di se plis toujou. Se twasan onz (311) paj ki konsève nan fason pa l memwa yon epòk. Yon...

Et s'il fallait 24 poèmes pour le grand Sud d'Haïti ?

Culture - 24 poèmes pour Gonaïves/ 24 powèm pou Gonayiv  « se veut le témoignage de solidarité d’une vingtaine de poètes haïtiens avec la ville des Gonaïves frappée par le malheur ». Dans cet opuscule, paru en 2005, sous les Presses nationales, les poètes parlent de leur douleur et leur deuil. On admire encore des quatrins, des vers libres, des phrasées et envolées poétiques, enfouis au fond de ces pages blanches. En créole ou en français, le feu Georges Castera, Frankétienne, Lyonel Trouillot, Kettly Mars, Marc Exavier, Syto Cavé, le regretté Claude Pierre, Jean Metellus, pour ne citer que ceux-là, laissent couler la lyre. « Gonaïves way O ! », crie Georges Castera....

Ma bohème à moi d'Arthur Rimbaud

Culture - Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ; Mon paletot aussi devenait idéal ; J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal ; Oh ! là ! là ! que d'amours splendides j'ai rêvées ! Mon unique culotte avait un large trou. - Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse. - Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou Et je les écoutais, assis au bord des routes, Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;...

Les beaux jours des Vendredis Littéraires sont de retour

Culture - Le Nouvelliste : Les Vendredis Littéraires ne bourdonnent plus d’activités. Insécurité. Covid-19. Le public de VL s’en plaint. Que se passe-t-il ? Lyonel Trouillot : Nous rouvrons ce vendredi 17 septembre. La demande est réelle de la part des habitués. Dans cette vie qui ne ressemble plus à la vie à force de violence, de peur et qui rend difficile chaque sortie, chaque rencontre, nous ne pouvons pas choisir l'enfermement et surtout le silence comme solution. Nous redonnons donc leur place habituelle au chant, au poème, au texte littéraire en général.  Le Nouvelliste : On reprend les activités. Même heure,...