Produits pétroliers/Marché local

Pénurie de carburant : les explications de l’Association des professionnels du pétrole

Publié le 2022-04-29 | lenouvelliste.com

Les compagnies pétrolières et le gouvernement se rejettent la responsabilité de la rareté des produits pétroliers constatée sur le marché local depuis plus d’une semaine. Si le ministre de l’Economie et des Finances indique avoir versé 1.3 milliards de gourdes aux compagnies pétrolières, ces dernières évoquent un retard dans le paiement de la subvention de carburant par l’Etat haïtien et une rareté du dollar américain, indispensable pour placer les commandes.

Depuis plus d’une semaine, les gens se battent dans les stations d'essence pour s’approvisionner. Les lignes dans celles qui fonctionnent  sont interminables. A Port-au-Prince comme dans le reste du pays, la plupart des stations-service sont fermées et les prix des carburants repartent en hausse sur le marché informel. Les compagnies pétrolières et le gouvernement se rejettent la responsabilité de cette pénurie.

Dans un communiqué publié le jeudi 28 avril 2022, l’Association des professionnels du pétrole (APPE) souligne que depuis le mois de décembre 2021, le gouvernement a confié l’importation des carburants aux compagnies pétrolières à travers un processus d’appel d’offres pour assurer que les carburants soient importés aux meilleurs prix.


Les prix à la station résultent d’une décision souveraine de l’État, a précisé l’APPE. « Les compagnies pétrolières ne sont pas consultées et n’interviennent pas dans le processus de détermination des prix », ont soutenu les compagnies pétrolières.

« Il est à noter que le coût d’importation de l’essence en Haïti a augmenté de 70% entre le mois de décembre 2021 et le mois d’avril 2022, proportionnellement aux augmentations de prix du pétrole brut, de la gazoline et du diesel sur le marché international, surtout à partir du mois de février 2022 lorsque la Russie a envahi l’Ukraine. La guerre a aussi provoqué une augmentation des coûts de transport et des délais de livraison des produits », a expliqué l’APPE.


L’Association des professionnels du pétrole a fait remarquer qu’au 31 mars 2022, « le coût d’importation de la gazoline était de 368 gourdes par gallon et le prix de vente à la station de 250 gourdes par gallon (donc moins cher que le coût d’importation du fait que les prix à la pompe sont subventionnés). Depuis que le coût d’importation a fortement augmenté, les compagnies pétrolières doivent donc dépenser beaucoup plus d’argent pour importer les mêmes quantités de carburants. Elles doivent pour cela disposer à tout moment d’une trésorerie en dollars suffisante. »

Ce qu’il faut faire pour éviter la répétition de la pénurie

Selon l’Association des professionnels du pétrole, pour que les importations puissent se faire régulièrement, il faut donc que « l’Etat puisse verser régulièrement les subventions aux compagnies pétrolières (en gourdes) et que les compagnies pétrolières puissent acheter rapidement la quantité de dollars dont elles ont besoin (la vente de carburants sur le territoire national se fait en gourdes et l'importation de carburants est payée en dollars). »

« Si l’une ou l’autre de ces conditions ne sont remplies, les compagnies pétrolières ne seront pas en mesure de s’approvisionner sur le marché international pour satisfaire les besoins des consommateurs haïtiens », estime l’APPE.

Selon l’Association des professionnels du pétrole, les ruptures de stock de carburants qui résultent d’une insuffisance de trésorerie en dollars posent des problèmes à la population, aux gérants de stations-service à l’ensemble des consommateurs ainsi qu’aux compagnies pétrolières. « Celles-ci font de leur mieux pour acquérir les dollars nécessaires aux importations, tout en reconnaissant les difficultés qu’elles rencontrent pour en acheter suffisamment et assez rapidement », conclut l’APPE dans le communiqué.

Pour sa part, le ministre de l’Économie et des Finances, Michel Patrick Boisvert indique que l'État a réglé 1.3 milliard de gourdes d’une dette de 1.5 milliard de gourdes aux compagnies pétrolières, comme pour souligner que l’Etat n’a aucune responsabilité dans cette pénurie.



Réagir à cet article