Kenneth H. Merten : « Nous ne voulons pas que l’on nous accuse d’ingérence »

Kenneth H. Merten, chargé d’affaires à l’ambassade des Etats-Unis en Haïti, revient en territoire connu, dans un pays où il est taxé par certains d’avoir appuyé la mouvance Tèt Kale dont les dix ans au pouvoir sont synonymes de grande corruption, de dilapidation du fonds PetroCaribe, de recul de la démocratie et de renforcement des gangs.

Publié le 2021-11-05 | lenouvelliste.com

Entre deux réunions, vendredi matin, le diplomate américain, a démenti cet étiquetage Tèt Kale au moment de se confier à un pool de journalistes. Bien au fait de la gravité de la situation alors que 16 ressortissants américains connaitront trois semaines de séquestration samedi 6 novembre, que le pays vit sur un volcan, redoutant les effets de la vie chère, de la pénurie d’essence aggravée par les gangs, Kenneth H. Merten porte le message d’une ligne décidée par l’administration Biden : «problèmes haïtiens, solutions haïtiennes.»

Le chargé d’affaires dit redouter une chose: que l’on n’accuse pas les USA d’ingérence

 « Nous ne voulons pas que l’on nous accuse d’ingérence. C’est pour cela que nous voulons encourager tous les acteurs à se battre ensemble pour s’assurer de l’avancement du pays ». C’est pour cela que nous encourageons une solution haïtienne. Nous voulons être respectueux du peuple », a insisté Merten, prompt à concéder plutôt deux fois qu’une la gravité de la situation.

« C’est grave. Après tout, Haïti est un pays souverain. C’est aux Haïtiens de résoudre leurs problèmes. Nous avons une situation à Washington. Nous aimerions aider mais nous ne voulons pas faire des choses dans la précipitation ce qui pourrait aggraver la situation », a fait savoir le diplomate.« Cela me fait mal de voir l’état de la situation mais il faut travailler ensemble pour la résoudre. Les Haïtiens ont besoin de prendre le leadership », a soutenu Merten. « Ce n’est pas dans l’intérêt des États-Unis de voir un pays voisin en difficulté »,  a assuré le diplomate.

 « Diplomate pro-Tèt Kale » ?

La nomination de Kenneth H. Merten au poste de chargé d’affaires en attendant la confirmation d’un nouvel ambassadeur, dans le sillage de la sortie fracassante de Daniel Foote, a été perçue par certains comme une gifle, l’expression du statu quo et d’un appui du département d'Etat à la mouvance Tèt Kale de Michel Martelly. « J'en suis bien conscient », a confié Kenneth H Merten, qui a formulé un démenti, sans s’attendre à convaincre « ces gens-là » qui se sont fait cette conviction.

« J’avais toujours de très bonnes relations avec le président René Préval à mon arrivée comme ambassadeur. Nous avions bien travaillé après le tremblement de terre pour gérer la situation qui était affreuse dans le pays, à cette époque. Après l’élection du président Martelly, j’avais de très bonnes relations avec lui aussi. Je ne cache pas que j’avais de bonnes relations avec lui. Je n’ai pas caché que j’avais de bonnes relations avec le président René Préval. C’est ma responsabilité en tant qu'ambassadeur. Je suis au courant de ce que disent des gens. Je peux dire que ce n’est pas correct, ce n’est pas vrai. Mais je sais que je ne vais pas convaincre ces gens-là », a longuement confié Kenneth H. Merten.



Réagir à cet article