Kenneth H. Merten : Haïti peut acheter lui-même des armes et des munitions

Publié le 2022-04-13 | lenouvelliste.com

Le renforcement des capacités opérationnelles de la PNH pour faire face aux gangs est une priorité. Si les Etats-Unis, dont la coopération cette année avec la PNH est de 15 millions de dollars, ne peuvent pas fournir des armes et des munitions à cause de certaines limitations, l’Etat haïtien peut cependant en faire l'acquisition, a confié à des journalistes le chargé d’affaires américain, Kenneth H. Merten, en annonçant la fin de sa mission en Haïti, lundi 11 avril 2022.

« Nous avons déjà expliqué nos limitations au niveau du gouvernement américain à donner des armes et des munitions à Haïti. Mais l’Etat haïtien peut les acheter lui-même en se tournant vers des pays amis pour obtenir ces équipements létaux », a indiqué Kenneth H. Merten, expliquant que la coopération avec la PNH peut passer à 30 millions de dollars sur l’exercice prochain, et qu’à partir du mois de mai, du personnel recruté par les USA sera sur place pour aider à l’entrainement et faire le vetting de la PNH. « Le travail va commencer pour de bon au mois de mai », a dit le diplomate américain.

Entre-temps, le journal Le Nouvelliste a appris que le gouvernement Henry a déjà entamé des démarches afin de faire l’acquisition d’équipements, dont des blindés, auprès d'une douzaine de fournisseurs établis au Canada et aux Etats-Unis. Le gouvernement, a confié une source gouvernementale, veut avancer rapidement vers l’obtention d’équipements pour permettre aux forces publiques d’avoir les moyens d'accomplir leurs missions. Il y a eu une mise en commun des entités techniques impliquées comme le ministère de l'Economie et des Finances (MEF), le ministère de la Justice, la Police nationale d'Haïti (PNH), la Commission nationale de marchés publics (CNMP) dans le cadre de cette célérité nécessaire par rapport à la dégradation de la situation sécuritaire. « Oui, il y a des prises de contact en ce sens », a confié au journal une source proche de la CSC/CA.

« En ce qui concerne la situation sécuritaire du pays, des projets de contrat ne sont pas encore soumis à la Cour pour avis. De toute façon, les contrats relatifs à l’acquisition de matériel et équipements dans ce domaine relèvent de la défense et de la sécurité nationales et devraient être passés suivant les procédures célères se rapportant à la réglementation sur les marchés publics », a-t-elle expliqué.

Des recommandations

Selon les recommandations d’une pétition signée par plusieurs entités de la société civile à l’intention du Premier ministre Ariel Henry, chef du Conseil supérieur de la Police nationale (CSPN), il faut, dans un premier temps, « décréter l’état d’urgence ; déclarer la guerre aux gangs armés qui sèment le deuil et la désolation dans la population ; sévir contre la fraude au niveau des douanes pour éviter le détournement des revenus et imposer des mesures de contrôle pour éliminer le trafic d’armes et de munitions ; classer les gangs armés dans la catégorie des organisations terroristes; équiper adéquatement en toute priorité les Forces armées d’Haïti et la Police nationale d'Haïti y compris la police scientifique ; recruter des experts pour encadrer la PNH dans ses efforts en vue de traquer et mettre hors d’état de nuire tous les bandits ; isoler les groupes criminels et les assiéger dans leur retranchement ; identifier publiquement et poursuivre toutes les personnes et entités qui financent et alimentent ces gangs en armes et munitions ; adopter un décret ordonnant le gel immédiat et la confiscation des avoirs de toutes les personnes et entités qui financent et alimentent ces gangs en armes et munitions ; exiger des compagnies téléphoniques l’identification obligatoire pour tout numéro de portable en fonction sur le territoire et déconnecter dans un délai raisonnable tout numéro de téléphone non identifié ; annuler, et ce dans un bref délai, rapporter systématiquement toutes les anciennes plaques IT ou SE ou Location en circulation, et enfin contrôler strictement les nouvelles émissions de plaques ».

Roberson Alphonse



Réagir à cet article