Exposition / Vives / Centre d’Art et du Musée d’Art haïtien

Les œuvres de vingt-cinq artistes femmes en dialogue à la Maison Dufort pour un beau printemps de l’art

Publié le 2022-01-17 | lenouvelliste.com

« Vives ». Tel est le titre évocateur de l’exposition à la Maison Dufort, au Bois Verna, le samedi 15 janvier qui met à l’honneur vingt-cinq artistes femmes cantonnées dans les collections permanentes du Centre d’Art et du Musée d’Art haïtien. On citera quelques noms d’artistes : Barbara Prézeau-Stephenson, Luce Turnier, Pascale Monin, Michèle Manuel, Marie-José Nadal Gardère, Tessa Mars, Pascale Faublas, Sergine André, Tamara Baussan, Rose-Marie Desruisseau, Louisiane Saint-Fleurant, Marie-Thérèse Dupoux…

Dans une atmosphère de retrouvailles, le printemps de l’art a soufflé sur le public. Dans son discours qui ouvre ce vernissage (15 janvier – 13 février 2022), la présidente du conseil du Centre d'Art, Michèle Duvivier Pierre-Louis, a déclaré : « Cette exposition, en cette saison, s’inscrit d’emblée dans le Printemps de l’art lancé depuis l’année dernière par le quotidien Le Nouvelliste. »

En ce printemps qui rappelle des souvenirs enfouis à la maison Dufort mise à sac par le tremblement de terre du 12 janvier 2010, madame Pierre Louis se réjouit de prendre la parole dans ce coquet bâtiment qui accueille les œuvres patrimoniales provenant du Musée d’art haïtien et le Centre d’art.

Qu’est donc cette exposition qui accueille tout un beau monde sensible aux œuvres d’art ?

« L’exposition que vous allez voir dans quelques instants en ces lieux, en est encore une démonstration. Nous sommes ici pour célébrer l’art, pour mettre les femmes artistes haïtiennes à l’honneur, leur offrir tout l’espace pour l’expression de leur créativité, leur vision du monde, la manifestation de leur art », déclare madame Pierre-Louis.

Au public debout sur la cour de la Maison Dufort désormais témoin de tant d’événements culturels depuis sa restauration, elle a lancé : « Je vous invite à regarder, voir, sentir, admirer, aimer, préférer, comparer. Vivement ! »

Pour le directeur exécutif du Centre d'Art, Allenby Augustin: « Vives se veut un catalyseur pour motiver les filles et les femmes à repousser les limites placées par la société, à franchir les barrières dressées en travers de leur chemin. Vives justifie notre politique qui depuis quelque temps s’active à encourager beaucoup plus de femmes à la pratique de l’art et aux activités du Centre d’Art.

Pour Allenby Augustin, cet événement fait de ce moment un grand jour pour le Centre d’art et l’art plastique haïtien. En effet, Vives a mobilisé la commissaire d’exposition française, spécialiste de l’art des Outre-Mer, Régine Cuzin et l’historienne de l’art belgo-jamaïcaine, Veerle Poupeye,  la ministre de la Culture et de la Communication, Emmelie Prophète, les ambassadeurs de France et de Suisse, bref toute une équipe, et le public, et les journalistes qui sont venus à la Maison Dufort.

« Rare sont les initiatives artistiques qui choisissent de mettre en lumière des œuvres d’artistes femmes. Il aurait été juste de continuer à garder ces œuvres emballées dans des cartons, au fond de nos réserves, alors qu’elles sont abondantes, riches et peuvent rappeler l’importance et la diversité des sensibilités artistiques », a-t-il souligné.

Pour le président du conseil du Musée d'art haïtien, Louis Dubois : « Cette exposition réalisée par le Centre d’Art et le Musée d'Art haïtien est une manifestation de plus dans la longue collaboration qui existe entre ces deux institutions depuis plus d’un demi-siècle. » Aussi a-t-il raconté, pour faire un peu d’histoire, que l’institution qu’il dirige et qui a vu le jour en 1972 « a toujours sur faire son chemin dans le domaine de l’art, la protection, la promotion, la conservation de l’art haïtien malgré les modifications qui, fort souvent, ne lui permettait pas de suivre son projet. »

Soutien à Vives

Le représentant de l'ambassade de Suisse à Port-au-Prince, Renaud Vuignier, a profité de cet événement pour souligner la coopération culturelle de son pays avec Haïti : « Nous soutenons cette exposition comme l’un des deux volets du projet ‘’Appui à la création et aux artistes’’ que nous avons lancé en partenariat avec le Centre d’art. » Plus loin, il a indiqué : « L’autre volet est un appui financier aux artistes du secteur des arts visuels. L’objectif de ce volet est de soutenir les artistes du secteur des arts visuels en Haïti, en leur donnant l’opportunité d’obtenir une subvention pour un de leur projet artistique. » In fine : « La Suisse valorise en Haïti l’art et la culture et entend maintenir son engagement auprès des acteurs et opérateurs culturels haïtiens pour cette année. »

L'ambassadeur de France à Port-au-Prince, Fabrice Mauries, pour sa part, a salué la présence de la commissaire de l’exposition Régine Cuzin, une personnalité qui lui a permis d’établir une passerelle avec l’exposition Haïti, Deux siècles de création artistique au Grand Palais, à Paris. Pour rappel, cette exposition a eu lieu, en France, du 19 novembre 2014 au 15 février 2015. Peintures, sculptures, installations, suspensions, vidéo ont fait partie des propositions qui ont amené les visiteurs à découvrir la vitalité de la richesse des créateurs haïtiens.

Fabrice Mauries, tout comme le représentant de l’ambassade de Suisse, a rappelé que l’ambassade de France a contribué financièrement à cette exposition. Aussi a-t-il dit que, pour lui, c’est une fierté de découvrir le patrimoine culturel d’Haïti. Aussi, ce partenariat entre les deux républiques continue-t-il pour alimenter la vitalité culturelle en Haïti.

La commissaire de l’exposition, Régine Cuzin, a salué son équipe qu’elle considère comme une « dream team ». Avec toutes ces énergies mises en commun, Vives raconte, à travers chaque salle, une histoire. Une ambiance différente pour que le dialogue se poursuit entre les générations d’artistes.



Réagir à cet article