La CNDDR se plaint de son abandon par le gouvernement

Privée de local approprié, de personnel de soutien, de cabinet d’accompagnement, de véhicules, de mensualités, de budget, entre autres, la Commission nationale de désarmement, de démantèlement et de réinsertion (CNDDR) se dit abandonnée par le gouvernement. Dans son auto-évaluation après quatre ans d’existence, la CNDDR estime qu’elle pouvait accomplir son rôle si les autorités avaient fait cas d'elle.

Robenson Geffrard
Par Robenson Geffrard
02 févr. 2024 | Lecture : 4 min.

Alors que les groupes armés s’arment de plus en plus et étendent leurs tentacules chaque jour un peu plus dans le pays, la Commission nationale de désarmement, de démantèlement et de réinsertion qui était censée les désarmer et les démanteler accuse le gouvernement d’avoir négligé leur travail. Dans cette auto-évaluation dont Le Nouvelliste a eu copie en primeur ce vendredi 2 février, la CNDDR affirme qu’elle aussi est v

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.