Besoin de poème

Ce jeune poète qu’on appelle Jean Emile Alfred

Publié le 2022-09-28 | lenouvelliste.com

La jeune écriture poétique de Jean Emile Alfred est belle, simple au cœur même de sa complexité teintée d’intelligences créatrices, d’automatisme, d’émotions inattendues et de moments à refaire ou à comprendre suivant le rythme musicale des folies multicolores et necessaires qui habitent tout créateur. Du haut de sa vingtaine fraîche (21 ans), Jean Emile Alfred a à son compte de lecteur gourmand des livres comme : Bisuit Leta, Brûler, Jòf et Attention peinture ! de Georges Castera; Sezon Papiyon (Pwezi anwoule) de Manno Ejèn ; Gouyad Legede et Archelle le poème de ton sein gauche de Jeudinéma; De bò goch, Miroir pour habiter l’absence de Jean Baptiste Anivince; Une pierre est tombée, un homme est passé par là de Faubert Bolivar, Plidetwal de Evelyne Trouillot ; Tribòbabò d’Iléus Papillon et tant d’autres auteurs.

Ici, on vous convie à la lecture d’un poète triste, talentueux, bouleversé, saccagé et qui a trouvé la formule de lécher en douce la douleur et l’absence qui blessent son cœur et son âme. En créole ou en français, nous pensons qu’Alfred peut compter sur sa plume pour satisfaire les besoins vrais et essentiels d’une belle poésie. Ces textes sont tirés de ses prochains livres.

Texte 1

    Dialogue de souvenirs

   Un temps t’apprendra à m’aimer en mille chemins

   dans l’embrasure des distances

    me voici cloué sur l’indifférence

    je t’embauche comme douleur à repeindre   

    le temps fou peut-être dira de nous

    l’adieux des péchés reportés

   je découvre que les mots fredonnent mon cœur

    sous l’absence de ton vissage

      le vieux temps te dira

qu’un cœur blessé rit toujours gratuit

l’apparence a toujours été infidèle

poème après poème

je construis le vide hérité de toi

ce tatouage  cicatrisé qui dort sur l’adolescence

l’œil du cyclone n’a pas  d’horaire

nos cœurs prisonniers de la distance obligée

 se parlent et repartent…

l’amour brûle les secondes qui ne connaissent pas

les vides de nos danses lâchées

Texte 2

      Bay Seza kout pwen ki pou li a

      gade blan regadan an nan je

      rèv ki bòzò

      nan  bese triye

      tan an nan grèv

      lavni pèdi lavi

      sèso lonbraj m pran

       m se fèy vèt k ap fè laplanch

       sou lèv van

       doulè peyi lòk la

       s on chatodo maleng

       ki mezire lenfini

       nan men m

       solèy nou estènen

       demen mouri san bay siyal

       peyi a pou kò l bwè dlo rèl

       lonbraj nou tchwipe n kou vagnèz

       tout jou ki pase niche tèt yo

       rebat kat la souple

       lè douvanjou dekale

lè Leta pale

       verite leve je anfle

Texte 3

Trajectoire libre

Le  jeu  plein  de  fraicheur  dans ta main

c’est   l’hymne à  « Made  in  kay  vwazen »

 une chanson de nègre dur

les mots traversent l’océan comme la moisson caribéenne

le temps égorgé

embrasse l’émotion poétique

 tire le filet au cœur

oups !

j’improvise le bruit blessé de ta source

le poème aime la prison des versets rouges

Texte 4

Powèt la gen kè vèlanp

lank lave sikatris li

chak vokabilè  baye

g on rèl ki toufe andan l

ekriti pa nan pase krèm

pwezi gen kle  letènite

mo k ap koule nan venn mwen

s on fragans lanmou

pi bèl powèm m konnen

se lè yon fanm chita sou yon fraz ki sensè

Auteur


Réagir à cet article