Gouvernement et opposition s'entendent pour dévorer la confiance et l'espoir

Publié le 2022-08-29 | lenouvelliste.com

Nou kanpe

Je fèmen

Nou pè pou nou pa tonbe

Nan tout kalte twou

Nou pa wè anwo

Nou pa wè anba

Nou pa konn si nou anlè

Si nou atè

Nou pare pou nenpòt solisyon

Sa nou jwenn n ap pran

Si nou pa jwenn anyen

Zafè

Nou pèdi lakat

Nou dezespere

Se pa yon move rèv

Fòk nou reveye

Kale je nou

Avan moun sa yo fi n touye nou

Le nombre d’Haïtiens vivant en insécurité alimentaire a augmenté d’un million le mois dernier, passant de 4,6 à 5,6 millions de personnes, a confié au Nouvelliste, Ulrika Richardson, représentante spéciale adjointe du secrétaire général, coordonnatrice résidente, coordonnatrice humanitaire de l’ONU en Haïti, mi-août 2022, lors de sa visite d’introduction au siège du Nouvelliste.

Chaque jour depuis une semaine, dans des manifestations contre la vie chère et la mauvaise gouvernance, des Haïtiens meurent sous les balles de la police ou asphyxiés par ses jets de gaz lacrymogène.

La première grosse pluie de la saison a fait des dégâts à Pétion-Ville. Les Haïtiens prennent la mer ou la frontière terrestre pour fuir le pays. Samedi, un ancien sénateur et directeur général d’une administration publique, tué et brûlé, a été enterré. Le même jour ont été célébrées les funérailles d’une mère et de ses deux filles, tuées et brûlées. Les deux cérémonies se sont déroulées en absence des autorités.

Dans un silence confondant et dans une inaction remarquable, le gouvernement Henry laisse Haïti glisser aux confins d’un nouvel univers. 

Pendant que le gouvernement gère la crise sans y toucher, les porteurs de l’accord de Montana s’apprêtent à célébrer le premier anniversaire de leur existence. 

Comme le gouvernement, les oppositions sont sur pause. 

En politique, ce n’est ni l’intention ni la volonté qui compte dans un bilan mais les actions, les réussites, les échecs. 

Gouvènman ak opozisyon pap vanse. Yo paka vanse. Yo pa eseye vanse.

Pour le citoyen, le constat est simple : nous nous enfonçons dans un nouvel épisode de peyi lòk qui ne dit pas son nom. 

Lòk nan tout domèn.

Il n’y a pas d’essence dans les stations-services, dans les rues les produits pétroliers se débitent à prix d’or et l’insécurité est toujours présente. De fait, les rues sont vides. Les quelques barricades n’en sont pas la principale cause. 

Nou paka sòti. Lè nou sòti nou paka ale lwen. 

La réouverture des classes est reportée. Encore une fois. Parce que l’Etat haïtien n’a pas pu réunir les conditions pour qu’elle ait lieu, nous nous préparons à sacrifier une nouvelle année scolaire. 

Dans un mois, personne ne peut parier que la situation sera meilleure. S’il fallait un signe supplémentaire de la débâcle nationale, l’incertitude sur la rentrée scolaire est une preuve de plus. 

En Haïti, la confiance s’effiloche, l’espoir, comme  mille confettis, est éparpillé.



Réagir à cet article