Insécurité alimentaire : 5,6 millions d’Haïtiens sont concernés, selon l'ONU

Publié le 2022-08-29 | lenouvelliste.com

Le nombre d’Haïtiens vivant dans une insécurité alimentaire a augmenté d’un million le mois dernier, passant de 4,6 à  5,6 millions de personnes. « Aujourd’hui, c’est 5,6 millions », a confié au Nouvelliste, Ulrika Richardson, représentante spéciale adjointe du secrétaire général, coordonnatrice résidente, coordonnatrice humanitaire de l’ONU en Haïti, mi-août 2022.

« La crise d'aujourd'hui est symptomatique d’autres problèmes beaucoup plus structurels comme la gouvernance, l’impunité, la corruption, l’économie. Il faut répondre aux urgences humanitaires immédiates qui touchent la vie de personnes, des Haïtiens. Dans le même temps, construire un lien entre cette réponse humanitaire, la protection des droits de l’homme, le développement durable et le maintien de la paix », a-t-elle expliqué, soulignant qu’il n’y a aucune raison pour qu’Haïti souffre d’insécurité alimentaire. « Déjà à une époque Haïti fut autosuffisant en riz. On peut presque tout cultiver ici. Il faut trouver une manière pour que le secteur privé soit un allié dans le processus de recherche des solutions durables », a expliqué Ulrika Richardson.

Interrogée sur les fonds très en-deçà des montants des appels de fonds d'urgence de l’ONU en faveur d’Haïti, Mme Richardson a soutenu qu’il n’y a pas une fatigue d’Haïti mais une conjoncture globale complexe et compliquée géopolitiquement et économiquement. C'est le monde d’aujourd’hui. Il y a des problèmes sérieux… la guerre en Ukraine et l'impact de cette guerre sur l'inflation globale, sur le prix de carburant, le prix des céréales… La conjoncture globale aujourd'hui est très complexe, compliquée géopolitiquement et économiquement », a expliqué le numéro 2 de l’ONU en Haïti qui a donné au passage des détails sur l’affectation de 5 millions de dollars américains qui permettent de continuer le travail d'assistance humanitaire immédiat à Cité Soleil lancé depuis au moins trois semaines. 



Réagir à cet article