Report de la rentrée scolaire : le ministre de l'Education explique

Publié le 2022-08-29 | lenouvelliste.com

« La rentrée des classes a été repoussée du 5 septembre au 3 octobre 2022 dans le but de répondre à l’appel de plusieurs associations syndicales et des associations de parents d’élèves », a fait savoir Nesmy Manigat, ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, intervenant sur Magik 9 le vendredi 29 août 2022.

« J’ai reçu plusieurs lettres ouvertes des associations syndicales, des associations de parents d’élèves. Il y a eu plusieurs notes dans la presse sollicitant le report de la rentrée des classes. Après plusieurs discussions avec des directeurs d’écoles privées à Port-au-Prince et dans des villes de provinces, à contrecœur, la rentrée scolaire a été reconsidérée à condition que les chantiers en matière de mobilier scolaire, manuels scolaires, des subventions aux parents soient accélérés pour une rentrée, dans de meilleurs conditions, le 3 octobre prochain », a expliqué le titulaire du MENFP qui reconnait que le pays a perdu beaucoup de jours de classe.

Soulignant que de son côté, le ministère était prêt pour la rentrée des classes le 5 septembre, Nesmy Manigat pense que ce report va permettre à l’État de poursuivre la préparation à travers ses différents chantiers. M. Manigat a toutefois donné la garantie que des mesures seront prises pour respecter le nombre de jours de classe pour l’année académique. « Le plus important pour le ministère est le respect du calendrier scolaire. Le nombre de jours de classe sera respecté », a assuré le ministre.

Concernant les écoles privées qui ont ouvert leurs portes avant la date fixée par le ministère, Nesmy Manigat n’a pas voulu faire de commentaire. « Je ne peux pas comprendre qu’une école privée fasse sa rentrée avant la date fixée par le ministère. C’est une circonstance exceptionnelle. Ce n’est pas pour moi un critère d’analyse », a déploré le ministre, annonçant  que le MENFP veillera au respect de la date fixée pour la rentrée des classes le 3 octobre.

« La rentrée fixée au 3 octobre concerne toutes les écoles, de quelque nature que ce soit, sur l’ensemble du territoire. C’est un exercice de citoyenneté, de solidarité pour que tous les élèves soient sur la même longueur d’onde. Les inspecteurs du ministère seront très stricts sur le respect de la date de la rentrée », a déclaré Nesmy Manigat.

Le ministre en a profité pour dénoncer de faux calendriers scolaires en circulation après la nouvelle du report de la rentrée scolaire. « Un nouveau calendrier sera publié cette semaine pour fixer le nombre de jours de classe de l’année académique 2022-2023 », a annoncé le ministre.

Par ailleurs, Nesmy Manigat a indiqué qu’on est toujours dans le temps en ce qui concerne la subvention des manuels scolaires. « Pour ce qui est de la subvention  des manuels cette année, il y a une innovation pédagogique qui demande un temps d’élaboration et un temps de concertation. Actuellement, le ministère se consacre à la subvention et la distribution pour que le livre unique, présenté le jeudi 25 août dernier, soit disponible à la nouvelle rentrée scolaire», a-t-il précisé.

« Suite aux décisions adoptées en Conseil de gouvernement, le vendredi 26 août 2022, portant, entre autres, sur la rentrée scolaire, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) porte à la connaissance du public en général et de la communauté éducative en particulier que la rentrée des classes pour l’année académique 2022-2023 est désormais fixée au lundi 3 octobre 2022 », précise le communiqué rendu public le 26 août 2022.

Les perspectives pour la rentrée scolaire dans le Sud, un an après le séisme  

Mille deux cent-cinquante écoles publiques et privées n’étaient en état de fonctionnement après le tremblement de terre qui a sévèrement frappé la péninsule du Sud le 14 août 2021.  Le ministre ne cache pas les difficultés auxquelles font face les zones affectées par le séisme un an plus tard. « C’est un dossier très délicat qui avance très lentement. Que ce soit du côté de l’État ou des bailleurs, il y a un retard. Les chantiers n’ont pas démarré à temps. Le Fonds national de l'éducation vient de lancer ses opérations. Les contrats d’une douzaine de marchés sont prêts pour signature », a indiqué le titulaire du MENFP précisant que quarante nouvelles constructions de bâtiments scolaires permanents ou semi-permanents ont été réalisées dans les zones affectées par le séisme.

Concernant le relèvement des écoles dans le grand Sud, le ministre annonce pour cette semaine une rencontre avec des représentants du groupe sectoriel sur l'éducation en Haïti et des représentants d’ONG qui travaillent sur le terrain pour faire un état des lieux.



Réagir à cet article