Etzer Vilaire aurait eu 150 ans

Le célèbre poète haïtien Etzer Vilaire aurait eu 150 ans cette année s'il vivait encore. Né à Jérémie le 7 avril1872, Etzer Vilaire est l'un des poètes haïtiens les plus connus. Il a reçu, le 28 juin 1912, le prix Jules-Davaine de l'Académie française. Il est mort le 22 mai 1951 à Port-au-Prince. Les œuvres d'Etzer Vilaire sont étudiées au secondaire en Haïti.

Publié le 2022-08-09 | lenouvelliste.com

Fils de Jean-Baptiste Joseph Vilaire et d'Eugénie Clérié, Etzer Villaire a fait ses études primaires à Jérémie, sa ville natale. Après les classes primaires, Etzer Vilaire se rend à Port-au-Prince pour la poursuite de ses études. Il est admis en 4e au Petit Séminaire Collège Saint-Martial. Mais, loin de sa mère, sa santé se détériore et il doit retourner au bercail. C’est alors que ses lectures et ses études d’autodidacte lui font découvrir les inépuisables profondeurs de la philosophie. Par la suite, le jeune Vilaire deviendra professeur de français.

Tout jeune, Etzer Vilaire est passionné de la poésie. Mais, Vilaire n'est pas venu tout seul à la poésie, donc à la littérature. C'est Georges Sylvain qui l'amena à la poésie, et le fit entrer dans le cercle littéraire La Ronde. Autant qu'on sache, ses premiers écrits rencontrèrent un grand succès dans le milieu littéraire haïtien de l'époque. Etzer Vilaire n'a pas pris longtemps pour s'imposer comme un grand poète de son temps. D'ailleurs, son recueil " Nouveaux poèmes " fut couronné du prix Jules-Davaine par l'Académie française en 1912. Il se rendit à Paris en compagnie de Jean Price-Mars pour recevoir ce prix littéraire. 

Originaire de Jérémie, la cité des poètes, Etzer Vilaire a été un poète de grand calibre. Faisant partie du plus grand cercle de poètes de l'époque, La Ronde, Etzer a été très prolifique durant sa carrière d'écrivain. Il a aissé derrière lui une dizaine d'œuvres à la postérité, dont Les dix hommes noirs, son œuvre la plus populaire. Citons, entre autre, Page d'Amour (1897) ; Le Flibustier (1902) ; Poèmes de la mort, 1898-1905 (1907) ; Dix Hommes Noirs ; A mon âme ; Années tendres (1907) ; nouveaux poèmes (1910) ; Thanathophobe. roman inédit, publié partiellement en feuilleton vers 1912 ; La Mission de M. le député Etzer Vilaire et de M. le sénateur Price-Mars à Prague, à Paris et à Genève en 1931, rapport au gouvernement de la République et au Corps législatif (essai avec Jean Price-Mars) Port-au-Prince : Imprimerie de V. Valcin, 1932, 33 pages ; Quelques remarques sur le roman "L'Homme d'airain" de Timoléon C. Brutus; Essai d'étude monographique sur Jean-Jacques Dessalines, fondateur de la nation haïtienne. Port-au-Prince : 1946.

D'autres grands auteurs haïtiens ont consacré des livres à ce grand poète de la littérature haïtienne. On retient : Arnold, Jean Eddy. Etzer Vilaire: la vision tragique. Port-au-Prince: Haïti-Demain, 1996; Charles, Christophe Philippe. Etzer Vilaire, génie ou pasticheur de talent ? Analyse critique et documents inédits. Port-au-Prince: Éditions Choucoune, 2003; Fignolé, Jean-Claude. Etzer Vilaire, ce méconnu. Port-au-Prince : Imprimerie centrale, 1970; Gaillard, Roger. Etzer Vilaire, témoin de nos malheurs. (comprend le texte de Vilaire, Les dix hommes noirs). Port-au-Prince: Presses nationales, 1972; Guerrier, Wedsly. « Langue et littérature: le cas d’Etzer Vilaire ». The French Review 88.2 (December 2014): 73-87; Laforest Edmond. L’œuvre poétique de M. Etzer Vilaire. Jérémie : Centenaire, 1907; Pompilus, Pradel. « L’expérience d’Etzer Vilaire, ses risques et ses mérites ». Conjonction 119 (1971): 73-89.

Connu surtout comme poète, Etzer Vilaire était aussi romancier. En 2019, plus d’un demi-siècle après sa mort, les Éditions Henri Deschamps ont publié, à titre posthume, « L’esclave ou Histoire romancée d’une révolte à Saint-Domingue ». C'est un roman historique se déroulant dans la colonie de Saint-Domingue. Le sujet principal est le dévouement d’un esclave, du nom de Pierre, tué sur la fosse du colonel de Mauduit, son maître, pour avoir donné à ce héros les honneurs de la sépulture que ses ennemis lui avaient refusé, après l’avoir assassiné. 

Etzer Vilaire est l'un des poètes majeurs de notre littérature. Son œuvre a eu et continue d'avoir un grand aura en Haïti et à l'étranger. C'etait un poète de lumière. Toutefois, il avait des zones d'ombre. Comme tout être humain, Vilaire avait ses limites, selon certains critiques. Il a été vu comme un poète éclectique, un écrivain hors de la réalité, aussi comme un pasticheur, qui imite des grands auteurs français. Mais, d'autres ont vu en lui un poète qui éclairait les images et les pensées.

« De tous les poètes haïtiens, celui dont les vers rendent le plus fréquemment le son de la poésie, celui qui a su éclairer les images les plus éclatantes, les pensées les plus hautes et profondes. Rayer Etzer Vilaire de notre littérature, ce serait perdre une production d'amour qui est parmi les plus beaux de la langue française. Ce serait, en outre, perdre des poèmes d'un spiritualisme très élevé. Ce serait surtout perdre un des poètes patriotes des plus émouvants et des plus vibrants », a écrit le docteur Pradel Pompilus.

Il y a 150 ans naissait une plume. Une poésie. Etzer Vilaire, le chantre jérémien. Le petit-fils d'Alain Clérié jouissait d'une renommée nationale et internationale. Il a été le premier Haïtien à ouvrir la porte de l'Académie française, mais aussi le premier Caribéen à s’être vu décerner une récompense des mains des Immortels.

Sources : www.île-en-île org wikipédia ; www.google.com www.lenouvelliste.com



Réagir à cet article