Selmy Accilien, un poète en liberté

Professeur de littérature, Selmy Accilien est poète, auteur de plusieurs recueils de poèmes : « Passion du silence », « Et tu m’as dit », « Sur la tige de l’amour » et « Ti koze bò lanmè », publiée récemment dans la collection « Jak Woumen des Éditions de la Rossé.

Publié le 2022-08-05 | lenouvelliste.com

« Ti koze bò lanmè », par la maturité de son questionnement, est une célébration intense de la vie, de l’amour et de notre présence au monde. Avec ce livre, le poète remonte le chant de la rivière jusqu’à la source. Il donne sa voix à la rumeur du monde. Selmy poursuit sa démarche rigoureuse et sa conversation avec le langage. Le rêveur s’envole et le veilleur se recueille. Le poète met la langue à nu, médite mot à mot, sans miroir ni lyrisme, sur le  temps et l’espace de vivre.

À travers les œuvres de Jean Giono on voit que l’une des caractéristiques de l’attitude des « poètes »  c’est de permettre au monde d’avoir accès à une autre réalité que celle qu’on voit, et qu’on entend. En outre, « Ti koze bò lanmè » est hyper réaliste. C’est ce qu’on peut appeler le méta poétique. Il utilise le langage et l’esthétique pour aller au-delà de la poésie.

Mwen renmen jan vag yo

Tonbe sou pye w la cheri

Jan dwèt pye ou miyonnen plaj la…

Èske ou konnen konbyen zetwal

K ap desann nan rèv mwen ?

Jou ou ta di m ou renmen m ?

Èske ou konnen konbyen papiyon

K ap pèdi souf yo

Jou w ta dim ou renmen m ?

Èske ou konnen konbyen m tap mache

Fè laviwonndede

Si sanw ta tounen limyè

Pou klere chimen m ?

Les vers de Selmy Accilien dégagent beaucoup de charme, de souplesse et de douceur. Le poète manie le langage avec une élégance poétique dans un style qui nous fait penser au poète Pablo Neruda, l’un des poètes majeurs de la littérature latino-américaine. Ici le poème répond d’un cheminement  personnel  et  existentiel,  dans  la  souffrance d’un manque à être, d’une absence du monde, d’une recherche de sens parmi les ombres.

 Le poète s’inspire de l’air et le feu,l’eau et la terre, puis le vent, la vague, l’oiseau et le bleu du ciel, l’herbe et la rose, les pierres et les poussières.  Il partage à travers ses poèmes le silence, l’amour et la douleur. Il éclaire les métamorphoses de l’être. Lire « Tikoze bò lanmè » c’est habiter un paysage intérieur, c’est-à-dire d’apprendre comment être soi dans ce monde. Il faut lire « Ti koze bò lanmè »

Di m on ti koze cheri

Lanmè va sispann tchwe je ba ou

Jou yo va mache bwete nan tèt ou

Nwit yo va pèdi fòm nan men nou

Lavi va vin long pou nou

Nou va renmen kingalaganach

Ou mèt kwè m cheri

S on sonè m tap fè pou ou

Si m te konn ekri powèm.

Le poète doit jouer un rôle social semi-actif, il peut faire naître chez les hommes un monde nouveau. Pour Jean Giono, « le poète doit être un professeur d’espérance ». Dans ce recueil Selmy Accilien questionne les dérives de l’État qui n’a pas d’espérance, une dérive à perpétuité où les gens n’y peuvent rien.

Se sèl latè ki pran plezi

Nan bwè dlo kò ou

Poudayè, tigout dlo Leta

Pat janm konn koupe swaf malere

Tanpri souple titit

Pa avè m sou kont leta

Nanpwen anyen nou ka fè kont sa cheri

Si jou yo mouri kou kase

Nan men nou

Si laj nou wont pou nou.

Si fènwa bwè dlo nan je nou.

Kisa nou ka fè kont sa ?

Le poète est en quelque sorte un visionnaire qui éclaire les hommes sur leur destin comme le dit Herman Melville. Ce recueil de poèmes ne joue pas un rôle véritablement social, mais un rôle apparemment d’engagement et d’amour.



Réagir à cet article