Assassinat de Jovenel Moïse : la justice turque rejette la demande d’extradition et libère Samir Handal

Publié le 2022-07-04 | lenouvelliste.com

Un tribunal turc a rejeté ce lundi la demande d’extradition et libéré Samir Handal, recherché par la justice haïtienne pour son implication présumée dans l’assassinat du président Jovenel Moïse, en sa résidence, le 7 juillet 2021, huit mois après son arrestation en novembre 2021, à l’aéroport d’Istanbul, en provenance des Etats-Unis d’Amérique.

« Un tribunal turc a rejeté lundi une demande d'extradition d'un homme recherché par Haïti pour son implication présumée dans l'assassinat du président Jovenel Moïse », peut-on lire dans une dépêche de l’agence Reuters, lundi 4 juillet 2022.

Samir Handal, homme d’affaires de nationalité jordanienne « qui a assisté aux audiences par liaison vidéo depuis une prison d'Ankara où il était détenu depuis huit mois, a pleuré et levé les mains en l'air lorsque les juges ont lu le verdict et décidé de le libérer », selon cette dépêche.

Handal avait déclaré qu'il était innocent et que la notice rouge avait été levée. « J'ai loué un espace de bureau pour une clinique médicale pour le Dr (Emmanuel) Sanon », avait-il déclaré au tribunal turc lors d'une précédente audience. « Je n'ai jamais participé à aucune réunion, je n'étais au courant de quoi que ce soit. J'ai entendu parler de l'assassinat à la radio et sur les médias sociaux », a-t-il déclaré le 30 mai, selon ladite dépêche.

Les avocats avaient déclaré que Handal ne devait pas être extradé parce qu'il serait soumis aux travaux forcés en Haïti et qu'il pourrait être torturé ou mourir en prison en raison des conditions sévères. Ils ont également souligné l'incertitude politique qui règne dans le pays, rappelant que le ministère turc des Affaires étrangères avait mis en garde la semaine dernière contre tout voyage en Haïti, invoquant l'augmentation de la criminalité et des problèmes de sécurité.

« Nos preuves sont claires. Il n'est pas difficile de voir que notre client sera jugé injustement, torturé et tué », a déclaré l'avocat Mahmut Barlas lundi.

Haïti a adressé une lettre aux autorités turques pour dire que Handal ne serait pas condamné aux travaux forcés.

Samir Handal a été détenu en vertu d'une notice rouge d'Interpol alors qu'il transitait par la Turquie en provenance des États-Unis et à destination de la Jordanie en novembre dernier, mais ses avocats ont déclaré que la notice rouge avait été levée ultérieurement à leur demande. 

Handal et ses avocats ont déclaré que le suspect avait seulement loué une maison à Emmanuel Sanon, cerveau présumé de l'assassinat, mais que Handal n'était pas au courant des plans.

Selon un rapport établi en août par la police haïtienne, Handal avait accueilli à son domicile de Port-au-Prince des "réunions à caractère politique" auxquelles participait Sanon.

En mai 2022, un tribunal turc avait rejeté une demande de libération de Samir Handal.

Plus de 40 suspects on été arrêtés dans le cadre de l'assassinat du président Jovenel Moïse. L'homme d'affaires haïtiano-chilien Rodolphe Jaar, arrêté en République dominicaine en janvier, et l'ex-soldat colombien Mario Antonio Palacios, arrêté au panama, et l’ex-sénateur John Joël Joseph, arrêté en Jamaïque, tous inculpés, sont incarcérés aux Etats-Unis.

La justice américaine, fin avril, avait décidé de nommer un agent de sécurité du ministère américain de la Justice pour gérer et présenter uniquement au juge fédéral Jose Martinez des « preuves sensibles », classées « sécurité nationale », afin de protéger le travail d'infiltration d'anciens informateurs du gouvernement américain soupçonnés d'avoir comploté l'assassinat du président haïtien, Jovenel Moïse, a rapporté le Miami Herald, 28 avril 2022.

Roberson Alphonse

Avec Reuters



Réagir à cet article