Des lettres et des commissions pour noyer les problèmes d’Haïti

Publié le 2022-06-28 | lenouvelliste.com

Cela commence à devenir une habitude. On écrit des lettres et on monte des commissions quand on refuse les face-à-face pour résoudre les problèmes d’Haïti. La méthode longue est privilégiée par les acteurs de la crise.

A ce petit jeu sans conséquence pour les protagonistes, c’est l’accord de Montana qui a ouvert le bal. Lettre après lettre, il fait passer le temps sans aucune avancée.

L’accord de la Primature dit du 11 septembre, ne voulant pas rester en reste, lui aussi écrit des lettres. Des missives responsives. Après des semaines ou des mois à se faire désirer.

Dans les deux cas, rien de concret ne se passe. Je t’écris, tu m’écris. On envoie des lettres par-çi par-là, comme pourrait le chanter Isnard Douby dans une nouvelle version de Vakans.

Pour ce qu’il est des vacances, se sont le courage et l’intelligence qui sont en vacances chez nos politiciens. Pas nos problèmes ni le temps qui passe.

Après les lettres inutiles, il y a les commissions pour noyer le poisson mais pas le poison national.

Montana a sa commission qui laisse de côté les élus de Montana, les seuls qui auraient intérêt à une rapide résolution de la crise.

Primature aussi à sa commission qui laisse de côté le premier ministre Ariel Henry, le seul qui n’est aucunement pressé de voir la fin de la crise.

Pour le moment et après onze mois, le match est nul. Les meilleurs joueurs sont préservés. Ils gardent le banc. En priant que les choses sérieuses n’arrivent pas et les obligent à monter le terrain. Parce que les stratégies sont nulles, parce que la communauté internationale applaudit aussi bien les pas en avant que les pas en arrière, le match nul se poursuit.

La population, quant à elle, n'est pas au stade. Elle ignore ce qui se joue ou se trame dans son dos. Elle a des problèmes plus urgents à affronter.

A quelques jours du premier anniversaire de la disparition du président Jovenel Moïse, les deux principaux protagonistes de la crise haïtienne viennent de mettre en place deux commissions pour ouvrir et mener des discussions-négociations. A lire les listes des négociateurs et connaissant leurs talents, on peut espérer un accord des accords avant la fin de la décennie.



Réagir à cet article