Ariel Henry attend les retombées de la participation d’Haïti au Sommet des Amériques

De retour au pays le dimanche 12 juin 2022, le Premier ministre Ariel Henry a dressé un bilan positif de sa participation au 9e Sommet des Amériques tenu du 6 au 10 juin 2022 à Los Angeles. Entre campagne pour le Dr Florence Duperval Guillaume, candidate au poste de directrice de l’Organisation panaméricaine de la santé, les séances plénières et plusieurs rencontres bilatérales, la délégation officielle haïtienne a eu un agenda chargé audit Sommet. Ariel Henry dit attendre les retombées de cette participation haïtienne active à l'événement.

Publié le 2022-06-13 | lenouvelliste.com

« L’évènement présentait de nombreux enjeux politiques et diplomatiques pour Haïti », a affirmé le Premier ministre Ariel Henry, dans un point de presse, dimanche, à l’aéroport Toussaint Louverture. Il a par ailleurs énuméré les rencontres auxquelles il a pris part à Los Angeles. « Au cours de trois sessions plénières, j’ai participé à la validation de cinq projets d’engagements politiques », a confié Ariel Henry. Parmi ces projets figurent le Plan d’action sur la santé et la résilience dans les Amériques ; le Programme régional pour la transformation numérique qui vise à favoriser le développement sociopolitique dans la région et le Plan d’interaction interaméricaine sur la gouvernance démocratique.

Le Premier ministre Ariel Henry est revenu sur sa prise de parole à la tribune du Sommet pendant la séance plénière du vendredi 10 juin. « J’ai parlé vrai, sans langue de bois sur l’avenir des Amériques. J’ai aussi posé le problème de l’insécurité en Haïti. J’ai constaté que la majorité des pays connaissaient la situation en Haïti et ont fait un plaidoyer sur le soutien à apporter au pays pour finir avec ce fléau et pavé la voie à un fonctionnement normal de nos institutions à travers des élections crédibles ».

Ariel Henry, dans son intervention, avait fait état d’un recul de la démocratie en Haïti avec le dysfonctionnement des institutions démocratiques. Il faisait le constat de l’impossibilité de la tenue des prochaines élections pour remettre le pouvoir à des autorités légitimes dans le contexte de l’insécurité grandissante. Le chef du gouvernement était peu bavard sur les mesures en cours pour reprendre le contrôle de la situation. Il disait simplement entreprendre des efforts pour trouver un accord politique avec des groupes politiques sur la gouvernance du pays.

Le Premier ministre Ariel Henry ajoute aussi avoir eu des rencontres avec le Président américain, Joe Biden ; la vice-présidente, Kamala Harris ; des parlementaires américains, dont Nancy Pelosi et Maxime Waters ; le secrétaire général de l’OEA ; celui de la CARICOM ; le président de la BID, entre autres. L’insécurité en Haïti a été au centre de ces rencontres. Avec le secrétaire général de l’ONU, Ariel Henry a abordé la situation en Haïti, mais aussi le renouvellement du mandat du BINUH. Le chef du gouvernement s’est gardé de révéler sa position sur la question.

Une rencontre bilatérale s’était tenue entre le Premier ministre Ariel Henry et le président dominicain, Luis Abinader. « Nous avons discuté de la migration, des crimes transfrontaliers et du renforcement de la coopération entre les deux pays », a fait savoir Ariel Henry, ajoutant que la question de la candidature d’Haïti à l’OPS a été brièvement abordée. « Je regrette le malentendu sur la minute de cette belle rencontre ». Sans le dire clairement, Ariel Henry a répondu à la note de presse de la présidence dominicaine qui avait démenti les informations communiquées par la Primature sur les discussions entre les deux autorités.

Si le Premier ministre Ariel Henry s’est impliqué dans la campagne du docteur Florence Duperval Guillaume au poste de directrice générale de l’OPS, il n’a pas dit s’il a obtenu de soutien en faveur d’Haïti dans cette course.

Les premières retombées du Sommet

La Déclaration de Los Angeles sur la migration et la protection du gouvernement des États-Unis et ses partenaires étrangers a été adoptée le 10 juin 2022.  Cette Déclaration s’articule autour de quatre piliers clés : stabilité et assistance aux communautés ; expansion des voies légales ; gestion humaine des migrations ; intervention d’urgence coordonnée.

Plusieurs points concernent Haïti dans ce document. Il s’agit d’abord de l’initiative de réinstallation et de voies complémentaires du Canada.  Dans le cadre dudit volet du programme, le Canada s’engage à intensifier les efforts de promotion et de recrutement liés à son programme d’immigration francophone susceptible d’offrir des opportunités aux nouveaux arrivants francophones tels que les Haïtiens qualifiés et expérimentés, dont certains pourraient avoir été déplacés en raison de la pandémie.

Les États-Unis, de leur côté, fourniront 11 500 visas de travailleurs saisonniers non agricoles H-2B aux ressortissants du nord de l’Amérique centrale et d’Haïti. « Ces visas seront attribués à des ressortissants des pays du nord de l’Amérique centrale et d’Haïti pour cette année fiscale. Cette mesure est accompagnée de nouvelles dispositions de surveillance des employeurs », lit-on dans le document.

Dans la Déclaration sur la migration et la protection, les États-Unis s’engagent aussi à faciliter la réinstallation d’un nombre important de réfugiés haïtiens. « En accord avec l’engagement du président en faveur de l’aide au peuple haïtien, les États-Unis s’engagent à recevoir un nombre accru de personnes orientées vers le Programme d’admission des réfugiés des États-Unis pour les Haïtiens », précise le document. Les États-Unis, a-t-il souligné, encouragent les autres gouvernements à se joindre à eux pour renforcer les voies légales de protection et d’opportunités pour les Haïtiens et les autres populations déplacées dans les Amériques.

De leur côté les États-Unis reprendront et augmenteront la participation au programme de libération conditionnelle pour le regroupement des familles haïtiennes. « Le département de la Sécurité intérieure annoncera la reprise du programme de libération conditionnelle pour le regroupement familial haïtien, qui permet à certains citoyens américains éligibles et résidents permanents légaux de demander une libération conditionnelle des membres de leur famille en Haïti. De plus, les services de citoyenneté et d’immigration des États-Unis prendront des mesures pour accroître la participation au programme en réduisant les obstacles », selon le document. Le gouvernement américain s’engage à prendre des mesures pour réduire le temps de traitement des visas d’immigrants pour les Haïtiens. Une augmentation  du personnel consulaire à cet effet à l’ambassade des Etats-Unis à  Port-au-Prince est envisagée.

Dans son intervention au Sommet, le Premier ministre Ariel Henry avait reconnu que la crise haïtienne marquée par le kidnapping en série d’Haïtiens et d’étrangers est à la base d’une migration massive de jeunes et de cadres. En guise de solution, il a appelé à des investissements en Haïti. Il a aussi plaidé en faveur du respect des droits des migrants haïtiens.



Réagir à cet article