Compas, rap, rabòday au concours de jingles pour la vaccination contre la Covid-19

Publié le 2022-03-11 | lenouvelliste.com

À la cérémonie de remise des prix du concours de jingles pour la vaccination contre la Covid-19, le vendredi 11 mars 2022, à l’hôtel Ritz Kinam, Pétion-Ville, l’Institut Panos a fait des heureux. Cette organisation, qui œuvre dans le plaidoyer et les campagnes de sensibilisation pour le changement de comportement sur un ensemble de thématiques, a récompensé trois jingles qui serviront de thèmes de la campagne pour toutes les activités de sensibilisation (média ou hors média).

Chacun des lauréats a empoché la somme de mille cinq cents (1 500) dollars américains.

Gabriel Alexis, dit frère Alexis, qui anime une émission sur radio Alleluia FM, a remporté la palme sur les soixante participants concourant dans la catégorie rabòday. « Je suis fier de gagner le premier prix dans le classement rabòday. Et c’est ma première participation à un concours », a-t-il exulté.   Beat maker, photographe, P.D.G. de  Gad sound studio, à Thomassin, c’est un mordu de la musique évangélique, marié, père de deux enfants, qui se réjouit du haut de ses 31 ans.

Rose-Mica Cador, native de Gros-Morne, 21 ans, avec sa voix qui module bien avec le compas, a devancé ses 24 adversaires qui n’ont pas réussi à faire le poids malgré l’afflux des votants sur les réseaux sociaux. La note du jury (K-libr Mapou, Ti Jo Zénny, Steeve Khé, G-Dolf, Poppy Duverné, Gandhi le Métronome et le staff de Panos) a renversé la vapeur en faveur de celle qui chante : « Mwen vaksinen, ou vaksinen, se nou tout ki pwoteje. Kowona pa vin pou lapè. Vaksinen. »

L’étudiante de la 3e année en sciences comptable, à l’Institut des Hautes Études commerciales et économiques, n’est pas à son coup d’essai. En 2012, elle était la 2e gagnante du concours Soleil d’été. Pour remporter la catégorie compas,  son maestro, Jonas Mercier de l’église adventiste de Tékoa de Clercine 4, a mis son poids dans la balance.

Vêtu de son blouson noir, Pierre Loovendjey, alias Pi piti, a fait le trajet Cap-Haïtien-Port-au-Prince avec ses potes pour récolter le fruit de ses efforts. Trente-cinq jeunes rappeurs ont pris part à cette compétition. Pi piti s’est démarqué du lot en remportant le trophée dans la catégorie rap. Son flow rythmé sur le beat, sa succession de couplets qui s’accorde bien ont touché le jury et les votants.

Pi piti, 26 ans, natif du Cap-Haïtien, ne fait pas que du rap dans la vie. Il habille les murs, les sols, les façades avec des carreaux, car il est un carreleur. La céramique, le marbre, il en connait un rayon dans ce domaine de la décoration.

109 jeunes artistes ont répondu à ce concours supporté par l'agence américaine pour le développement international (USAID). Quinze finalistes ont donné leur mesure déclinée en compas, rap et rabòday.

Au cœur de cette journée festive, le directeur de l’Institut Panos, Jean-Claude Louis, déclare : « Le ministère de la Santé et ses partenaires emploient des efforts considérables en vue de sensibiliser la population à l’importance de la vaccination anti-Covid-19. Cependant il est regrettable de constater une indifférence grandissante de la population face à la vaccination, pourtant cruciale pour la santé de la collectivité au cœur de cette pandémie ravageuse. Cette situation malencontreuse s’explique par de nombreux facteurs, dont les croyances religieuses, les positions politiques, la désinformation, les intox, la situation économique précaire de la majorité de la population, etc. »

Jean-Claude Louis a rappelé que « Haïti demeure l’un des pays avec le moins de vaccinés, donc, une couverture vaccinale faible qui empêche d’atteindre une immunité collective. » D’où la campagne de sensibilisation de Panos sur la vaccination de la population appuyée financièrement par l'USAID. Cet événement qui véhicule les messages comme : « Mwen vaksinen, ou vaksinen, nou tout pwoteje » a mobilisé les médias (sociaux et traditionnels) et des activités hors médias, notamment de mobilisation communautaire.

Le numéro un de Panos a  salué les artistes qui ont dynamisé cette compétition musicale : Aurélie, Ti Djo Zenny, Myria sur les réseaux sociaux. Et les Platfòm, Jhanedouze, Ticket Magazine, Hebdo 24, Vedette Mag. Par ailleurs, il a rappelé que « ce concours dénommé « Mwen vaksinen. Nou tout pwoteje » avec l’hashtag #vaksinenkontkowona, a été organisé exclusivement sur les réseaux sociaux (Instagram, TikTok, Twiter, Facebook et YouTube) sur trois catégories : compas, rap et rabòday.

Pour faciliter les concurrents, « l’Institut Panos a fourni le riddim (instrumental) aux participants qui ont écrit leur texte et composé leur propre mélodie », a-t-il précisé. Le reste participe de la campagne médiatique pour porter la population à se faire vacciner.



Réagir à cet article