Réaction de l’ambassade des Etats-Unis à l’article incriminant le premier ministre Henry

Publié le 2022-01-10 | lenouvelliste.com

« Nous appuyons une enquête approfondie et transparente pour assurer les poursuites dans le cadre de ce crime odieux et nous exhortons toutes les parties à suivre la procédure établie conformément à l'état de  droit », a indiqué un porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis en Haïti, après l’article du New York Times, indiquant que le Premier ministre Ariel Henry, supporté par le Core Group, avait des liens étroits, avant et après, avec l’un des suspects clés de l’assassinat du président Jovenel Moïse, Joseph Félix Badio.

Alors que l’article du NYT était en circulation ce lundi, les autorités américaines ont organisé une rencontre avec les leaders de l’Accord de Montana.

Selon la traduction d’un message posté sur Twitter par l’Ambassade américaine en Haïti reprenant l’ambassadeur Brian A. Nichols, assistant secrétaire d’État pour les Affaires de l’hémisphère occidental au Département d’État : « Aujourd’hui, le chargé d’affaires (Kenneth H.) Merten et moi avons rencontré des représentants du Groupe Montana en Haïti. Nous les avons exhortés à engager des discussions sérieuses avec le Premier ministre Dr Ariel Henry et d’autres intervenants clés sur une solution unifiée dirigée par Haïti qui offre une voie à des élections libres et équitables. »

Les Etats-Unis, qui ont toujours appelé à la poursuite de l’enquête et au jugement des personnes impliquées dans l’assassinat brutal du président haïtien, avaient délégué le FBI pour appuyer les autorités haïtiennes. Ce sont les Américains qui ont procédé à l’arrestation de Mario Antonio Palacios Palacios, un ex-militaire colombien dont le groupe est entré dans la chambre du président Moïse. Ce dernier, formellement accusé devant un tribunal fédéral de conspiration et d’actes ayant entraîné la mort d’un leader étranger, collabore avec les autorités américaines.

Après cette arrestation à Panama, Rodolphe Jaar, cité dans cet article du New York Times qui incrimine le Premier ministre Ariel Henry, est tombé vendredi dernier dans les filets des autorités dominicaines. 



Réagir à cet article