Festival En Lisant/ 6e édition

Emmelie Prophète et son « Ailleurs à soi» au Festival En Lisant

Emmelie Prophète est intervenue, au Centre d'art, le jeudi 16 décembre 2021, dans le cadre de la 6e édition du festival En Lisant. Son intervention a-t-elle été liée à son livre « Les villages de Dieu » pour lequel elle continue de rafler des prix littéraires hors de nos frontières ? Non. Elle s'est surtout entretenue avec le public autour de la thématique « migration» dont traite son roman intitulé « Un ailleurs à soi», paru chez les Editions Mémoire d'encrier.

Publié le 2021-12-16 | lenouvelliste.com

D'emblée, la romancière a fait une mise en contexte du thème « migration», soutenant que la migration a toujours fait partie de nos vies. Faisant un survol historique de la mise en esclavage des Africains par les Européens, elle a montré comment les colonisés (Africains) rêvent toujours de rentrer chez eux. Selon l'auteure, ces gens qui ont été déportés et mis en esclavage à Saint-Domingue nourrissaient toujours le désir de faire le voyage retour. Les insulaires surtout rêvent toujours de ce voyage. Pour ces déportés, Haïti est une terre de transit, ils rêvent toujours de retourner en Guinée, a-t-elle ajouté.

Au-délà de cette considération historique, deux choses ont surtout  interpellé l'auteur et allaient faire naître son roman. L'une serait liée aux conditions dans lesquelles vivent de jeunes femmes au Niger, et qui, selon elle, rêveraient d'un ailleurs, des nouveaux cieux. Et l'autre, la vague d'immigration de nos jeunes vers l'Amérique latine, en 2017. Durant cette année, un nombre incalculable de jeunes ont fui le pays pour le Chili, le Brésil, le Surinam... C'est, entre autres, le questionnement sur cette fuite massive de nos jeunes en quête de mieux-être qui a engendré le livre « Un ailleurs à soi». 

Selon l'auteur de « Sol et Si», tout le monde a le droit de partir. Tout le monde peut rêver de voyager, d'aller vivre ailleurs. Toutefois, elle souligne l'illusion du voyage avec le mensonge et les mythes de l'exilé qui font croire que le voyage est un signe de réussite. Selon Emmelie Prophète, la société haïtienne ne s'interroge pas suffisamment sur la réussite. Dénoncant les inégalités qui ont toujours caractérisé notre société, l'auteure plaide pour un ascenseur social en bonne et due forme. Pour l'écrivain, l'ascenseur social ( Self made man) est bloqué en Haïti.

C'était une belle rencontre avec Emmelie Prophète au Centre d'art. Cette causerie animée par le journaliste Websder Corneille et qui a été suivie d'une lecture-spectacle a permis à l'assistance de mieux comprendre le roman d'Emmelie qui est encore d'actualité, dans la mesure où des gens ne cessent de fuir le pays. Les échanges ont été très animés, ce qui a permis à la romancière d'aborder d'autres aspects de cette thématique.

Notons que le livre « Un ailleurs à soi » (Mémoire d'encrier, 2018) d'Emmelie Prophète est à l'honneur à la 6e édition du Festival En Lisant, ce rendez-vous culturel et artistique qui met en avant cette année le thème «Migration». 



Réagir à cet article