Joséphine Baker, première star mondiale à avoir chanté Haïti

Publié le 2021-11-26 | lenouvelliste.com

« Emmanuel Macron a choisi de panthéoniser l’artiste franco-américaine, symbole de la lutte pour l’égalité. Elle est la première femme noire à faire son entrée parmi les « grands hommes » de l’histoire de France. » c’est ainsi que le journal Le Parisien débute son article qui annonce la nouvelle. Seul le président français a la prérogative de décider de qui a l’honneur d’entrer au Panthéon.

Le communiqué officiel, daté du 23 août 2021, qui notifie le choix du président Emmanuel Macron d’honorer Joséphine Baker, la campe en personnage universel et souligne que « la France distingue une personnalité exceptionnelle, née américaine, ayant choisi, au nom du combat qu’elle mena toute sa vie pour la liberté et l’émancipation, la France éternelle des Lumières universelles ». Joséphine Baker a participé à la Deuxième Guerre mondiale et est décorée de la Légion d’honneur, de la Croix de guerre avec palmes et de la Médaille de la résistance.

Hasard du calendrier, la France s’apprête à faire entrer au Panthéon Josephine Baker alors que nous sommes en plein dans les 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre. Non pas que Joséphine Baker ait subi des violences conjugales ou sexuelles mais parce qu’elle a incarné et incarne encore une force, des idéaux humanistes, elle peut inspirer cette génération de femmes et de filles vivant en Haïti qui découvre tous les jours des combats à gagner, dans une société où les nombreuses préoccupations ont tendance à occulter ces batailles essentielles.

Joséphine Baker gagne une nouvelle bataille. C’est la danseuse, la chanteuse, la résistante mais aussi la militante de la cause de l’émancipation des Noirs qui va entrer au Panthéon le 30 novembre prochain. Elle sera la sixième femme à qui revient cet honneur pour ses accomplissements et la première femme noire.
Au fil des siècles, le Panthéon est passé de ce temple de Rome qui était consacré à tous les dieux à un temple laïc au cœur de Paris où la République française honore ses plus illustres sujets. Entrer au Panthéon signifie dans le langage courant devenir un grand personnage dans un domaine, une référence, une sommité.

Entrer, après une cérémonie grandiose, dans le bâtiment de la colline Ste Geneviève est bien plus que cela tant les qualités nécessaires pour y accéder sont diverses et le nombre d’élus restreint.

Depuis Haïti, on peut se demander qu’est-ce qu’on a à voir avec Joséphine Baker. Elle est une Noire et quoi d’autre ?

Eh bien, son histoire est liée à la nôtre car elle fut la première artiste internationale à avoir chanté Haïti. Au début des années 30. Dans le film « Zouzou » du réalisateur Marc Allégret, celle qui n’est pas encore la militante noire chante son attachement à notre pays.
 « Ah ! Qui me rendra mon pays. Haïti. C’est toi mon paradis. Haïti. Dieu me rappelle tes forêts si beaux. Tes grands horizons. Loin de tes rivages, la plus belle cage n’est qu’une prison. Oui, mon désir, mon cri d’amour, Haïti. C’est de revenir un jour. Oh, beau pays bleu. Bien loin, bien loin sous d’autres cieux. Je vivais des jours heureux. Mais tout est fini. Seule dans mon exil aujourd’hui, je chante le cœur meurtri. Oui ! Mon désir, mon cri d’amour Haïti. C’est de te revenir un jour Haïti », dit la chanson.

On n’a pas retrouvé pour l’instant de trace d’un quelconque passage en Haïti de Joséphine Baker ni de liens particuliers avec Haïti ou des Haïtiens. On ignore si la proposition de chanter Haïti fut sienne ou un exercice imposé.

La chanson Haïti a été reprise ces dernières années par la talentueuse et multi-primée Cécile McLorin Salvant. Sa version avec le Wynton Marsalis Quintet est une pure merveille et ressuscite Joséphine Baker. Celle de Joséphine Baker est aussi disponible sur Youtube.
Joséphine Baker née Freda Josephine McDonald -qui a rendu hommage à Haïti dans un film- est honorée alors que le film Freda fait le tour du monde. Heureux hasard pour des femmes fortes et inspirantes.



Réagir à cet article