Insécurité: le secteur des transports appelle à un arrêt de travail lundi

Publié le 2021-10-15 | lenouvelliste.com

Pour protester contre le climat d’insécurité qui règne dans le pays, les transporteurs entendent observer un arrêt de travail lundi 18 octobre. Le président de l’Association des propriétaires et chauffeurs d’Haïti (APCH), Méhu Changeux, a déclaré sur Magik9 que ce mouvement vise à contraindre les autorités à assumer leurs responsabilités. « Nous nous sommes concertés avec tous les groupes organisés dans le pays. Nous nous sommes mis d’accord pour mettre le pays à l’arrêt lundi prochain. L’Etat doit prendre ses responsabilités », a fait savoir Méhu Changeux.

Le syndicaliste indique que le secteur du transport est l’une des plus grandes victimes de l’insécurité. « La population est en train de subir l’action des bandits. Certains cas sont médiatisés, notamment ceux qui surviennent à Martissant, mais il y a des exactions partout, dans la plaine du Cul-de-Sac, sur la nationale numéro 2... Des bandits ont kidnappé jusqu’à 12 personnes dans un seul autobus », a-t-il révélé.

Méhu Changeux croit que le phénomène de l’insécurité ne concerne pas que les transporteurs. « Tout le monde est concerné. Ils kidnappent toutes les catégories sociales. C’est pourquoi nous nous sommes concertés avec tous les groupes organisés pour dire non à l’insécurité », a-t-il déclaré, invitant les autorités à démissionner en bloc s'ils sont incapables d'assurer la sécurité des citoyens. 

Par ailleurs, le syndicaliste a indiqué que cet arrêt de travail serait illimité. « Nous ne lançons pas une journée de grève; nous lançons un arrêt de travail illimité. Cet arrêt de travail sera levé quand les autorités auront décidé à garantir notre sécurité », a-t-il prévenu, soulignant que tous les 10 départements seront mobilisés en ce sens.

Pour sa part, Jacques Anderson Desroches a fait comprendre que cet arrêt de travail s’inscrit dans la lignée d’une « fermeture totale » du pays dans les prochains jours. « Lundi 18, ce sera un arrêt d’observation. Ensuite, nous allons accorder une période de ravitaillement à la population. Nous allons poursuivre les consultations afin de parvenir à un consensus pour fermer le pays. Nous n’allons pas utiliser le terme grève. Ce sera la fermeture totale du pays le 26 octobre prochain », a-t-il averti. 

L’insécurité grandissante continue d’endeuiller et d’appauvrir les familles haïtiennes. De nombreuses parties du territoire échappent au contrôle des autorités et sont contrôlées par les gangs armés. Dans la région métropolitaine, les malfrats multiplient les cas d’enlèvement contre rançon au grand dam des autorités qui font peu pour limiter l’action des bandes armées. Furieux, des membres de la population érigent des barricades pour dénoncer des cas d’enlèvement et exiger la libération de leurs proches. Cette semaine, des barricades de pneus enflammés ont été érigées à Lalue et à Pétion-Ville pour dénoncer l’enlèvement d’un employé de la direction de l’Immigration et de l'Émigration d’un directeur de l’OAVCT.



Réagir à cet article