Ariel Henry va-t-il violer son propre accord?

Publié le 2021-10-11 | lenouvelliste.com

Les Haïtiens ont le chic de ne pas pouvoir s’entendre. De ne pas trouver d’accord. Quand cela arrive enfin, les signataires sont souvent les premiers qui cherchent à ne pas respecter leurs engagements.

L’accord du 11 septembre, dit de la primature, qui lie le premier ministre Ariel Henry à des acteurs de la société civile et de la classe politique, seul accord signé et publié dans le journal officiel Le Moniteur, dispose dans sa section V qui traite du Conseil électoral provisoire et des élections plus, précisément dans l’article 14: “Environ une semaine après l’installation du nouveau cabinet ministériel, il est créé suivant l’esprit de l’article 289 de la Constitution, un organe électoral avec les représentants issus des secteurs suivants :

• La Conférence épiscopale d’Haïti (CEH) et l’Église épiscopale

• Les Cultes réformés

• Le secteur vodou / paysans

• Les associations de patrons de presse ANMH et AMI

• Les organisations de droits Humains

• La Conférence des recteurs d’université

• Les organisations féminines

• Les organisations paysannes

• La diaspora

En cas de désistement ou d’incapacité de l’un des secteurs susmentionnés, le gouvernement pourvoit à sa défaillance.”

Le premier ministre n’a pas encore le nouveau gouvernement qui doit sortir des termes de l’accord que des lettres sont déjà envoyées aux secteurs pour désigner des membres pour former le nouveau CEP.

Est-ce une nouvelle version de la charrue et des bœufs? De l’œuf et de la poule ?

Le pays a-t-il avant tout besoin d’un nouveau gouvernement ou d’un nouveau CEP ?

A cette question, un très haut responsable de l’actuelle administration a avoué au Nouvelliste que les négociations pour monter le nouveau gouvernement sont toujours en cours. Les rencontres avec les signataires des autres accords et des forces politiques se poursuivent. Selon lui, rien n’empêche de mener les deux démarches en même temps. Former le CEP prendra du temps, monter le gouvernement prend du temps. Aucun des deux n’existera tant qu’un texte les nommant ne sera pas publié dans Le Moniteur.

A écouter ce responsable, l’accord n’est pas violé. Le premier ministre veut avancer car le pays a des échéances et des défis qui ne peuvent pas attendre.

Autre remarque de ceux qui suivent l’application de l’accord de la Primature, le CEP est créé en vertu de l’article 289 de la constitution de 1987. Il y est dit un membre par secteur. Pas trois membres par secteur.

Demander trois membres par secteur, pour que le gouvernement en choisisse un, laisse le choix au seul gouvernement de choisir les neuf membres, déplore un observateur avisé de la politique haïtienne.

“Tout gouvernement qui réclame trois membres par secteur cherche déjà à orienter le processus électoral ”, selon lui.

Il est trop tôt pour faire un procès d’intention au premier ministre Ariel Henry ni de prononcer un verdict sur les intentions des secteurs qui n’arrivent pas à s’entendre sur un seul accord.

Il est trop tôt même si le pays meurt un peu plus chaque jour à force de ne résoudre aucune des crises qui le mine.



Réagir à cet article