Que veulent les Américains pour Haïti et que veulent les Haïtiens des Américains ?

Publié le 2021-09-29 | lenouvelliste.com

S’il est difficile de déceler exactement ce que les Haïtiens veulent pour leur pays ou des Américains, tant il y a d’opinions divergentes, il est facile de connaître le chemin que les autorités américaines souhaitent que le pays emprunte. 

Deux officiels américains hauts placés dans l’administration Biden sont attendus en visite cette fin de semaine, l’un d’eux, le secrétaire adjoint aux affaires de l'hémisphère occidental, Brian Nichols, a clairement dit sur Twitter : « Cette semaine, je me rends en Haïti pour y rencontrer des leaders de la société civile et des responsables haïtiens et voir les défis auxquels le peuple haïtien est confronté. L'ordre du jour est vital : une voie vers des élections démocratiques menée par les Haïtiens, le redressement suite au tremblement de terre, l'amélioration de la sécurité et le soutien aux migrants haïtiens ».

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas la crise migratoire qui est en tête sur l’agenda de Nichols et du directeur principal du Conseil de Sécurité nationale, Juan Gonzalez.

Alors que la République Dominicaine, les Bahamas et toute l’Amérique latine gèrent l’afflux des réfugiés haïtiens et les renvoient en Haïti, les États-Unis font comme s’ils sont peu préoccupés par ce problème. Il faut dire que leurs avions déversent sans arrêt nos compatriotes au pays.

La problématique qui intéresse au premier chef les Haïtiens, le point que l’Association des industries d’Haïti (ADIH) classe comme le premier problème du pays, l’insécurité, est en deuxième position sur la liste des émissaires américains. Eux, ce qui les intéresse avant tout, ce sont nos prochaines élections.

Les États-Unis font le même coup à chaque fois. 2006, 2010, 2015. Ils poussent pour des élections alors que le pays est dans des situations compliquées. Les élections se tiennent et la situation se complique davantage. Quand vont-ils prendre le temps d’ajuster leurs solutions aux vrais enjeux de la crise haïtienne ?

Quand les Haïtiens vont-ils prendre tout leur courage pour dire aux Américains qu’ils confondent vitesse et précipitation ?

Pendant leur séjour en Haïti, du 30 septembre au 1er octobre, Brian A. Nichols et Juan Gonzalez rencontreront des groupes de la société civile, des acteurs politiques, le Premier ministre Ariel Henry et le ministre des Affaires étrangères Claude Joseph, pour discuter d'un processus dirigé par les Haïtiens traçant la voie vers des élections démocratiques en Haïti, de la réponse à la migration haïtienne, de sécurité, du soutien et de la reconstruction suite au tremblement de terre du 14 août et de la pandémie de la COVID-19, annonce un communiqué de l’ambassade américaine en Haïti.

Personne ne connaît les points que les autorités haïtiennes ou la société civile comptent mettre sur la table. Les Haïtiens se contenteront-ils encore une fois, d’écouter, de ne rien dire, de poser pour une photo et de faire comme bon leur semble, sitôt les émissaires partis ?

Ce ne serait pas la première fois, que les envoyés de la Maison blanche, du département d’État, ou du Congrès, pensent avoir compris, avoir convaincu leurs interlocuteurs haïtiens et se font avoir.

Depuis le temps de la colonie, Haïti se joue des commissions civiles et des émissaires. Malheureusement sans arriver à trouver le chemin pour résoudre ses problèmes parce que le dialogue a toujours été inégal et peu sincère entre les Marrons et les Blancs.

Quand deux interlocuteurs ont des buts différents, le dialogue de sourd s’installe et provoque de regrettables malentendus. Haïti et les USA sont champions du monde de la catégorie des occasions manquées.



Réagir à cet article