La coopération Sud-Sud « plus indispensable que jamais », selon Antonio Guterres

Publié le 2021-09-13 | lenouvelliste.com

Le Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud (UNOSSC) a organisé vendredi une table ronde virtuelle de haut niveau axée sur le renforcement de la solidarité « à l'appui d'un avenir plus inclusif, résilient et durable ».

S'exprimant lors de l'événement, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a déclaré que « alors que le monde cherche à intensifier la réponse et le rétablissement au COVID-19 et à lutter contre la menace existentielle du changement climatique, la coopération Sud-Sud et triangulaire est plus essentielle que jamais ».

L'initiative intervient deux jours seulement avant la Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud, célébrée le 12 septembre.


Défi pas comme les autres
António Guterres a qualifié la pandémie de COVID-19 de « défi immédiat le plus complexe auquel notre monde est confronté et elle compromet les gains sociaux, économiques et environnementaux durement acquis ».

Il a déclaré qu'en ces temps difficiles, "la solidarité qui sous-tend la coopération Sud-Sud s'est une fois de plus avérée vitale pour les pays en développement".

« Tout au long de la pandémie, les pays du Sud ont partagé leurs connaissances et leurs ressources pour soutenir les efforts de réponse et de relèvement. Mais, ensemble, nous devons faire beaucoup plus », a-t-il déclaré.

Pour M. Guterres, le monde a besoin d'une coopération internationale plus approfondie pour faire face à la crise sanitaire mondiale, réduire la pauvreté et les inégalités, atteindre les objectifs de développement durable et éviter une catastrophe climatique.

Le chef de l'ONU a expliqué « cela signifie construire des sociétés inclusives et résilientes, autonomiser les femmes et les jeunes, tirer parti d'initiatives numériques, plus vertes et plus bleues, et étendre le financement durable ».

Les pays du Sud ont contribué à plus de la moitié de la croissance mondiale ces dernières années. Le commerce intra-sud est plus élevé que jamais, représentant plus d'un quart de tout le commerce mondial.

 « La coopération Sud-Sud et triangulaire offre des solutions concrètes à ces défis communs », a ajouté M. Guterres.

Se remettre de la pandémie
S'exprimant lors du même événement, le président de l'Assemblée générale, Volkan Bozkir, a déclaré que le monde devait « faire plus pour aider ces pays en développement à se remettre de la pandémie de COVID-19 et que la coopération Sud-Sud joue un rôle important à cet égard ».

« J'ai une longue liste de faits et de chiffres sur l'impact sur les pays en développement, sur tout, des revenus aux inégalités, de l'autonomisation des femmes à l'accès aux services sociaux. Autant dire que ces chiffres ne sont pas bons. Des années de gains de développement ont été effacées ou sont menacées », a-t-il déclaré.

Il a déclaré qu'au cours de ses voyages, en particulier en Asie centrale et dans les Caraïbes, il avait constaté que la coopération Sud-Sud et triangulaire était essentielle pour relever les défis, en particulier ceux qui traversent les frontières et les régions. Pour lui, les équipes nationales et régionales des Nations Unies sont bien placées pour promouvoir et soutenir ces efforts.

Auteur


Réagir à cet article