Un après midi sous haute tension au Cap-Haïtien

Publié le 2021-07-22 | lenouvelliste.com

La ville du Cap-Haïtien a connu une fin de journée mouvementée en marge d’une marche pour exiger justice pour le président Jovenel Moïse. Des scènes de violences ont éclaté dans certains points stratégiques de la ville. Des barricades de pneus enflammés ont été érigées à Vertières, au boulevard Carénage, sur le pont Samarie, etc. 

Des cortèges d’officiels de l’État et de diplomates ont été pris pour cibles par des manifestants. Des véhicules immatriculés corps diplomatique ont été visés par des jets de pierres sur le boulevard. Des manifestants ont tenté de s’approcher d’un hôtel où ils estimaient que des diplomates y étaient hébergés. Des policiers et des agents de sécurité qui accompagnaient les VIP ont dû tirer en l’air pour repousser les protestataires. Le cortège du Premier ministre Ariel Henry est passé sur le pont Samarie en catastrophe, au milieu des barricades de pneus enflammés. Dans ce branle-bas, au moins deux véhicules ont été renversés.

Des protestataires ont lancé des pierres en direction d’un restaurant très connu au bord de mer. Ils reprochent à cette enseigne d’avoir ouvert ses portes alors que ce jeudi est déclaré férié dans la perspective des funérailles du président Moïse. Cet incident a eu des conséquences sur l’affluence dans cette artère, d’habitude très fréquentée. Très peu de personnes ont été remarquées dans cette zone dans la soirée. 

A l’hôtel de ville du Cap-Haïtien, la mairie a dû annuler une veillée funèbre en hommage au président Moïse, évoquant des risques de trouble à l’ordre public. Une brève cérémonie a eu lieu au bureau de la délégation départementale. La veuve du président Moïse a reçu des salutations à l’hôtel du Roi Christophe en début de soirée. Dans le même temps, les barricades de pneus enflammés étaient encore visibles. Des rafales d’armes automatiques ont été entendues non loin de Vertières. A quelques heures des funérailles nationales du président Jovenel Moïse, les risques de troubles et de scènes de violences sont considérables.



Réagir à cet article