Des mesures d'interdiction de départ contre les responsables de la sécurité du président placés en isolement

Publié le 2021-07-15 | lenouvelliste.com

Le directeur général a.i. de la Police nationale d'Haïti (PNH), Léon Charles, lors d'un point de presse, mercredi 14 juillet, avait fait état des avancées de l'enquête administrative menée par l'Inspection générale de l'institution policière contre des policiers et responsables d'unités chargées de la sécurité du président Jovenel Moïse, assassiné. Léon Charles avait annoncé que les quatre responsables de la sécurité du président ont été placés en isolement, et que 24 policiers étaient frappés de mesures conservatoires. 

Le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Bed-ford Claude, dans des correspondances adressées au directeur de l'Immigration et de l'Emigration, Joseph Cianciulli, le jeudi 15 juillet, lui a demandé de passer des instructions nécessaires au service concerné afin d'interdire à ces quatre gradés de la PNH, responsables de la sécurité du président, de quitter le pays, considérés comme des présumés assassins. Il s'agit du commissaire de police, Dimitri Hérard, responsable de l'Unité de sécurité générale du palais national (USGPN), du commissaire de police, Léandre Pierre Osman, responsable de l'Unité de sécurité présidentielle (USP), de l'inspecteur principal Amazan Paul Eddy, responsable du Cat Team, et du commissaire divisionnaire Jean Laguel Civil, coordonnateur général de la sécurité présidentielle. 

Après qu'ils ont brillé par leur absence au parquet suite à la convocation du chef de la poursuite pénale dans le cadre du dossier de l'assassinat du président Jovenel Moïse en sa résidence privée, Me Bed-ford Claude vient de leur interdire de « quitter par voies aérienne, maritime et terrestre le territoire national pour des présomptions graves d'assassinat sur le président de la République, Monsieur Jovenel Moïse ». Ces mesures d'interdiction de départ concernent aussi les nommés Bastien Conrad et Fontus Renor pour le même motif. 

Le commissaire a.i Bed-ford Claude avait émis, mardi 13 juillet, des mesures d'interdiction contre quatre autres personnes, dont trois recherchées par l'institution policière et une autre interpellée, à savoir Corvington Reynaldo. Le chef du parquet de la capitale requiert que les nommés Rodolphe Jaar, John Joël Joseph, Badio Joseph Félix soient interdits de « quitter par voies aérienne, maritime et terrestre le territoire national pour des présomptions graves d'assassinat sur le président de la République Monsieur Jovenel Moïse ».



Réagir à cet article