L'autopsie du cadavre du président Jovenel Moïse a été pratiquée

Publié le 2021-07-12 | lenouvelliste.com

L’autopsie du cadavre du président Jovenel Moïse, procédure médico-légale qui diffère de l’embaumement et des soins funéraires, a eu lieu, a appris Le Nouvelliste de sources concordantes après la diffusion de photographies et des radiographies de son corps. « C’est fait et complété », a confié Mathias Pierre, le ministre chargé des Questions électorales et des Relations avec les partis politiques, lundi 12 juillet 2021. « Le cadavre a été transporté dans un centre pour un scanner. C’est là que les photos ont été prises », a-t-il confié au journal. 

Les photos et les clichés n’ont pas été pris dans les locaux de Pax Villa, l’entreprise funéraire chargée de la dépouille du chef de l'État.

« Ces photos n’ont rien à voir avec Pax Villa. J’ai vu une photo de tiroir. Ce tiroir ne correspond pas à ceux de la morgue de Pax Villa. Il n’y a pas d’appareil d’X-RAY à Pax Villa. Pax Villa décline toute responsabilité dans la prise et la diffusion des photos de la dépouille du président de la République », a assuré une source proche de l’entreprise. 

Les photos du cadavre et des clichés de radiographies de différentes parties du corps de Jovenel Moïse ont provoqué un nouvel émoi et ont illustré si besoin était la violence et l'acharnement mis par ses assassins sur le président Moïse. L’œil gauche du président a été crevé. Sur son corps, sont identifiés des orifices, 12, selon le constat légal qu’avait effectué le juge de paix de Pétion-Ville, Carl Henry Destin. 

Sur des clichés, on voit  plusieurs projectiles immobilisés au niveau de la cage thoracique, le bas ventre du chef de l’Etat dont le fémur gauche a été fracturé. Un cliché du crane montre une fracture entre l’os frontal et l’os pariétal, comme s’il a avait le coup de grâce alors qu’il était déjà allongé sur le dos. 

Le président Jovenel Moïse, 53 ans, était marié et père de trois enfants. Le président avait prêté serment le 7 février 2017.

Roberson Alphonse



Réagir à cet article