Reconduction de Claude Joseph, faute de mieux ou satisfaction ?

Publié le 2021-06-14 | lenouvelliste.com

Le président Jovenel Moïse a reconduit, pour une troisième fois Claude Joseph à la Primature. À la démission du Premier ministre Joseph Jouthe en avril dernier, Claude Joseph a été choisi par le chef de l'État pour diriger provisoirement le nouveau gouvernement. En l’absence de Parlement, le Premier ministre nommé n’a aucun obstacle sur son passage. Il n’a aucun engagement à prendre ni de promesse à faire. Il n’est redevable qu’à celui qui a fait choix de lui.

Claude Joseph semble avoir compris le jeu ou les enjeux du poste. Il trouve la bonne formule pour se faire reconduire par le président Jovenel Moïse à deux reprises. On ne sait pas si la reconduction de Claude Joseph à la tête de la Primature est une récompense pour le travail bien fait ou faute de mieux. Même si l'on n’a pas la réponse, on peut être certain que le premier cas ne tient pas. Personne n’attendait de miracles de Claude Joseph, mais après deux mois à la Primature, il montre qu’il n’a pas de réponses aux maux qui troublent notre quotidien.

En dépit des multiples réunions présidées par le Premier ministre a.i. sur l’insécurité, la situation empire. Martissant est depuis deux semaines une zone en guerre. Si la police dit avoir repris le contrôle de la situation, la réalité est tout autre. Les bandits décident quand ils doivent autoriser ou non la circulation. Les rues sont désertes. Les portes des entreprises sont encore verrouillées. La population est toujours dans les rues. Le tableau n’est pas différent dans d’autres zones contrôlées par les gangs armés. La rareté de produits pétroliers dans les stations d'essence depuis le week-end écoulé est une conséquence de la guerre des gangs à l’entrée sud de la capitale et à Cité Soleil.

Il n’y a pas que l’insécurité qui trouble notre sommeil ; la situation est si alarmante qu’elle éclipse d’autres problèmes comme la dégringolade de la gourde et la propagation du coronavirus à travers le pays. Les chiffres du ministère de la Santé publique et de la Population ne font pas débat. L’augmentation  du coût de la vie paraît comme quelque chose de normal.

Nos conditions de vie deviennent de plus en plus précaires. Les problèmes auxquels le pays fait face s’aggravent.

Voilà le contexte dans lequel le chef de l’Etat a reconduit le Premier ministre Claude Joseph à la tête du gouvernement. « Je remercie vivement le président de la République, SEM Jovenel Moïse, d’avoir bien voulu replacer sa confiance en moi pour diriger le gouvernement ad interim. Tout en reconnaissant l’énormité des défis du moment, je suis convaincu qu’avec l’engagement solidaire et la franche collaboration de tous les membres du gouvernement, nous continuerons à nous montrer à la hauteur de la tâche », a réagi le Premier ministre après cette nouvelle nomination.

À la lumière des deux premiers mois du Premier ministre Claude Joseph à la Primature, faut-il le prendre au mot ?



Réagir à cet article