Le retour à la responsabilité citoyenne, un coup de cœur pour sauver la société

Sur les rayons virtuels de Livres en folie de 2021, le public fera la connaissance de plusieurs nouveautés. Le Retour à la responsabilité citoyenne en fait partie. Cet ouvrage invite les institutions du pays à jouer leur partition pour ériger une société qui retrouve sa voie.

Publié le 2021-06-09 | lenouvelliste.com

Dans le but d’éveiller la conscience des citoyennes et citoyens haïtiens, Jean Jacques Thélucier présente au public haïtien un nouveau titre : «Le retour à la responsabilité citoyenne». Cette ouvrage s’adresse à la famille, à l’école, à l'État, à l'Eglise, bref, à tous les agents de socialisation afin de prendre leur responsabilité pour sauver la société haïtienne en panne de modèles. Paru chez Kopivit-l’Action sociale, cet essai de 75 pages fait partie des nouveaux textes que les lecteurs pourront s’offrir au cours lors de cette édition virtuelle de Livres en folie qui se tient du 31 mai au 13 juin 2021.

Cet ouvrage a permis à l’auteur d'aborder la crise de valeur qui affecte note société. Il incombe cet état de chose à une absence ou un manque de responsabilité citoyenne. Comme la citoyenneté entraine une responsabilité collective, Jean Jacques Thélucier invite chaque acteur de la chaine à jouer son rôle pour sauver la société. Si  l’on est conscient qu’on est sur une mauvaise voie, l’auteur croit qu’il n’est pas trop tard pour prendre un nouveau départ si nous ne voulons pas disparaitre.  

L’auteur de « En route vers une révolution », impute la situation actuelle de la société à une démission collective des agents socialisateurs. Ainsi, plus que tout, ce dernier ouvrage invite à l’action. «  Nous les parents, les dirigeants ecclésiastiques et politiques, nous devons être conscients que nous avons raté les occasions dans lesquelles nous avons dû utiliser pour mettre le monde sur la bonne piste afin de réduire l’injustice, l’abus, l’égoïsme, l’esclavagisme, la division, l’intolérance, l’arbitraire, l’ingérence, l’infériorité et le moi », écrit-il.  

La noirceur n’existe que par l’absence de la lumière et la cité, explique l’auteur, a grand besoin de lumière. Il présente les agents susmentionnés comme les véritables puissances capables de changer la donne. Aussi les invite-t-il  à briller. Car, insiste-t-il, le monde change dès qu’on accepte de nous changer nous-mêmes.

Passages bibliques à l’appui, une emphase importante a été mise sur la famille. L’auteur présente cette dernière comme une institution divine et la première pour ne pas dire la plus importante institution dans le monde. Peu importe qu’il s’agit d’une famille nucléaire, une famille monoparentale ou une famille adoptive, Jean Jacques Thélucier croit que la famille a une triple fonction de protection, d'affective et de socialisation.

L’odeur qui se dégage de ce livre, selon l’écrivain Saint Fleur Marc-Athur qui a présenté l’auteur,  est de nature à faire respirer le lecteur un air de réflexion de conscience, de responsabilité et de direction pour savoir comment agir pour enfin sauver la société.



Réagir à cet article