Livres en folie / La place des droits humains dans la construction de la nouvelle Haïti / Renan Hedouville

« Les problèmes d’Haïti sont avant tout des problèmes des droits humains »

Publié le 2021-05-28 | lenouvelliste.com

La démocratie, la construction de l'État de droit et le développement durable peuvent se renforcer par le respect et la protection des droits humains, soutient Renan Hédouville, avocat et titulaire de l’Office de protection du citoyen, dans son ouvrage intitulé : « La place des droits humains dans la construction de la nouvelle Haïti  », paru à C3 Éditions en 2019. C’est un livre qui permet de comprendre la question des droits humains dans sa quintessence.    

L’auteur a présenté les trois conceptions : religieuse historique et philosophique qui sont avancées dans les débats sur la genèse des droits de l’homme. Il a enchainé avec les dates les plus importantes dans le cadre du processus de la codification des principes des droits de l’homme à l’échelle mondiale : Magna Carta (1215), la pétition des droits (1628), Habeas Corpus (1679), Bill of right (1689), la déclaration de Philadelphie (1776), la déclaration des droits de l’homme et du citoyen (1789), l’indépendance d’Haïti (1804), la création du Comité international de Croix-Rouge (1863), la création de l’Organisation internationale du travail (1919) et la création de l’ONU (1945).

Renan Hédouville a un crédo. Il l'affirme clairement dans cet ouvrage : « Les problèmes d’Haïti sont, avant tout, des problèmes des droits humains. Cela sous-entend que la soi-disant démocratie ou la bonne gouvernance que nous prétendons établir ne tient compte nullement de la question des droits humains comme chapitre incontournable dans toute société démocratique ou tout État de droit. » De son point de vue, le refus par les autorités de prioriser les droits humains engendre des problèmes de toutes sortes.

Dans cet ordre d’idées, l’auteur met l’emphase sur les droits économiques et sociaux. Il précise qu’il y a de nombreuses familles qui n’ont pas accès à la nourriture, à la santé, au logement, aux services de base. « Cette situation engendre de graves violations de droits humains portant particulièrement sur la dignité et l’intégrité des gens », note Renan Hédouville. À cause de la dégradation de la situation socioéconomique du pays ces derniers temps, les droits économiques et sociaux sont violés systématiquement.    

Il n’y a pas que des organisations de la société civile à s'être engagées dans la lutte pour le respect et la protection des droits humaines. L’auteur présente des institutions étatiques qui ont pour mission de travailler sur des questions relatives aux droits humains. L’Office de la protection du citoyen (OPC), le ministère à la Condition féminine et aux Droits de la femme (MCFDF), le ministère de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP), le ministère des Affaires sociales (MAST), le Bureau du secrétaire d’Etat à l’Intégration des personnes handicapées (BSEIPH), l’Office national de la migration (ONM), le Comité national de lutte contre la traite des personnes (CNLCTP) et le Comité interministériel des droits de la personne (CIDP) sont autant d’institutions et de structures étatiques qui doivent œuvrer dans le domaine des droits humains.

Les organisations de la société civile actives dans la bataille pour faire respecter les droits humains, à savoir : l’Initiative de la société civile (ISC), l’Institut haïtien des droits de l’homme (IHDH), la Plateforme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (POHDH), regroupant le Centre de recherche et de formation économique et social (CRESFED), l’Institut culturel Karl Levêque (ICKL), le Programme pour une alternative de justice à Haïti (PAJ), le Groupe d’assistance juridique (GAJ),  la Commission épiscopale nationale de Justice et Paix d’Haïti (JILAP), le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) et Sant Karl Levêque (SKL), ainsi que la Fondation devoir de mémoire-Haïti sont présentées dans l’ouvrage.

Malgré l’implication de tous ces acteurs, l’auteur déplore l’absence de suivi dans les recommandations en matière des droits humains adressées aux autorités étatiques. Pour lui, les autorités étatiques affichent de l'indifférence vis-à-vis du respect des droits humains.



Réagir à cet article