Soukar et Martineau pour Livres en folie 2021

Publié le 2021-04-28 | lenouvelliste.com

La Covid-19 continue de circuler. Rien ne permet d’affirmer qu’Haïti est totalement à l’abri d’un variant. Les images et informations qui nous parviennent de certains pays, notamment l’Inde, donnent froid dans le dos. C’est pour respecter le principe de précaution que les organisateurs de la plus grande foire du livre du pays ont décidé, comme en 2020, de provoquer le moins de brassage de population possible. Nous allons lire, partager des idées, sans concessions, tout en restant en santé.

Les invités d’honneur, les auteurs, les maisons d’édition et tous les partenaires vont faire de leur mieux pour que le show virtuel soit le plus vivant que possible, disent les organisateurs qui évoquent le succès de la 26e édition et l’enthousiasme du public d’Haïti et de la diaspora pour qui cette première édition virtuelle a été une bouffée d’oxygène dans un contexte de confinement et d’incertitude.

Prévue du 31 mai au 13 juin, la nouveauté de la 27e édition sera de laisser les ventes ouvertes pendant toute la quinzaine sur le site. En même temps, les conférences et rencontres avec les auteurs se tiendront dans les médias et sur les réseaux sociaux. 

Michel Soukar et Jean Claude Martineau, deux écrivains engagés et de talent sont les têtes d’affiche de la cuvée 2021. Les invités d’honneur charrient une œuvre dense et diversifiée. Connus du grand public, ils partagent une grande passion pour l’histoire et la littérature et n’ont jamais négligé la recherche de la qualité dans leur travail. Livres en folie est fier d’avoir des invités d’honneur aussi charismatiques et prolifiques. Cette 27e édition, grâce à Soukar et Martineau, verra entrer par la même porte le roman, le conte, l’histoire, la chanson, la poésie, la musique. C’est un condensé de la variété de l’expression haïtienne de la deuxième moitié du 20ème siècle et du début du XXIe siècle  qui sera offert.

Jean-Claude Martineau, du haut de ses 84 ans, porte la mémoire d’un pays d’Haïti où les jeunes appelaient encore les plus âgés « Tonton » « Ma Tante » même sans les connaître. Il réveille par ses paroles des rêves qui dorment au fond de nous et nous croyions perdus, tant le quotidien, l’implacable réalité, nous mettent à rude épreuve.

Michel Soukar, plus jeune, sait comment renouer les fils, mettre bout à bout les événements qui nous valent les déboires que nous connaissons aujourd’hui. Il est visionnaire aussi, comme ceux qui font le métier d’écrivain et dont la réalité est la matière première. Il est implacable face à nos failles mémorielles, nos trébuchements et il est bon, utile, enrichissant de le lire, pour cette belle conciliation du talent, du savoir-faire, du savoir donner et pour ce rappel constant de ce que nous sommes et de ce besoin de transcendance.

Une belle édition de Livres en folie s’annonce. 



Réagir à cet article