Dialogue/Crise politique

Fin de mandat : Jovenel Moïse face au Sénat

Publié le 2021-02-04 | lenouvelliste.com

Alors que le président de la République avait complètement ignoré ces 13 derniers mois les dix sénateurs encore en fonction, Jovenel Moïse a pratiquement été contraint de rencontrer ce jeudi le bureau de ce qui reste du Sénat.

Depuis le 13 janvier 2020, date à laquelle le président de la République, dans un simple tweet, avait dit constater la caducité du Parlement, Jovenel Moïse avait totalement ignoré l’existence des dix sénateurs encore en fonction. Il a publié une quarantaine de décrets, nommé des ambassadeurs, enclenché le processus électoral en nommant un CEP décrié, publié un décret pour organiser un référendum en vue de changer la Constitution sans jamais, même une seule fois, faire référence aux dix sénateurs encore en fonction.

Durant tout le mandat de 12 mois du sénateur Pierre François Sildor à la tête du Sénat amputé de deux tiers, Jovenel Moïse n’avait jamais rencontré les sénateurs, encore moins les consultés sur aucune de ses décisions. Les sorties fracassantes de Joseph Lambert, le nouveau président du Sénat, ont attiré l’attention du président et sollicité une rencontre avec les sénateurs.

« Toujours animé par la même volonté de dialogue, je reçois le président et les membres du bureau du tiers du Sénat pour discuter de la nouvelle constitution et de l’organisation des élections, dans la perspective de trouver une solution négociée à la crise actuelle », a écrit Jovenel Moïse sur son compte Twitter à l’issue de cette rencontre avec les sénateurs Joseph Lambert, président ; Kedlaire Augustin, vice-président et Garcia Delva, secrétaire du Sénat.

Avant la rencontre, Joseph Lambert avait fait savoir que la question de l'échéance du mandat présidentiel devrait être aussi  abordée. « Accompagné des membres du bureau du Sénat, je réponds à l'invitation du président @moisejovenel. Je voudrais espérer que cette audience commence le dialogue inévitable qui évite le chaos imminent », a-t-il fait savoir sur son compte Twitter.

Avant la rencontre, Joseph Lambert avait fait savoir que la question du 7 février 2021 et de l’article 134-2 de la Constitution devront être aussi abordées. Dans des tweets publiés jeudi soir, le président du Sénat a montré toute la tension qu’il y avait au cours de cette rencontre avec le président. « Le bureau du Sénat a rencontré le Président de la République. Si le Président a surtout mis l'emphase sur le référendum et les élections, le bureau a attiré son attention sur la nécessité du respect scrupuleux de la Constitution et des lois. Le bureau a aussi introduit l'article 134.2 au menu des discussions. Devant l'évidence des tensions nées des interprétations contradictoires relatives à cet article, seul un dialogue national peut encore prémunir Haïti du spectre du chaos », a-t-il dit sur son compte Twitter.

Parce que plusieurs organisations avaient décliné son invitation, le sénateur Lambert a dû reporter son « grand dialogue national ».



Réagir à cet article