Trois morts à Canaan, Joseph Jouthe applaudit l’intervention des forces de l’ordre

Publié le 2021-01-04 | Le Nouvelliste

Le Premier ministre Joseph Jouthe a applaudi l’opération menée par les forces de l'ordre qui s’est soldée par la mort de trois individus en treillis, à Canaan 3, le 2 janvier 2021. « J’applaudis l'intervention policière menée à Canaan qui visait à déloger des hommes lourdement armés. Je rappelle que la PNH et les FAd'H sont les seules forces armées reconnues par la Constitution haïtienne. Tout autre groupe armé sera traqué dans ses derniers retranchements », a tweeté le Premier ministre Joseph Jouthe, quelques heures après l’intervention.

«  L’armée et la police ont réalisé conjointement cette opération pour arrêter ces individus qui se font passer pour des militaires et qui sèment la panique dans la société », a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué, lundi 4 janvier 2021. «  Ce ne sont pas des militaires mais des bandits », a indiqué ledit ministère. « Pour le moment, nous avons verbalisé trois corps d’individus en vert olive. Il y en a d’autres », avait confié au Nouvelliste le commissaire du gouvernement de la Croix-des-Bouquets, Edler Guillaume, samedi, au moment de l’opération. Ils ont beaucoup de pièces d’identité en leur possession, avait répondu le commissaire du gouvernement, interrogé sur l’appartenance de ces individus à la BSAP ou aux FAd’H. Sept personnes ont été arrêtées et cinq armes de poing saisies, a-t-il fait savoir à la presse.  

À Canaan, à l’entrée nord de Port-au-Prince, des individus en uniforme militaire se sont adonnés à des exactions et à des actes de vandalisme contre des membres de la population. Ils ont obstrué la route nationale et échangé des tirs avec la PNH ces deux derniers jours avant cette opération d’envergure de la PNH. «  Nous n’avons aucun agent de la BSAP dans cette zone », a confié au Nouvelliste Jeantel Joseph, directeur de l’Agence nationale des aires protégées dont relève la Brigade de surveillance des aires protégées. « Il y a huit jours, nous avons instruit tous les agents de la BSAP de rester exclusivement dans les limites des aires protégées. À Canaan, il n’y a pas d’aire protégée », a-t-il fait savoir, soulignant avoir travaillé en étroite collaboration avec le DG et le DCPA de la PNH dès qu’il avait pris connaissance de ce « désordre ». «  Il n’y a pas de problème entre la BSAP et la PNH », a insisté Jeantel Joseph.  

Ses derniers articles

Réagir à cet article