Guerre des nerfs et guerre de position entre la présidence, la communauté internationale et l’opposition

Publié le 2020-10-30 | Le Nouvelliste

L’Organisation des États américains, par l’entremise de son secrétaire général, a pris position ce vendredi, alors que la cérémonie d’investiture des membres du Comité consultatif indépendant pour l’élaboration du projet de la nouvelle Constitution se terminait entre le palais national et le Musée du panthéon national où les 5 membres ont prêté serment sur… un extrait de l’Acte de l’indépendance.

Dans un message télégraphique posté sur Twitter Luis Almagro a déclaré : « Secrétariat gral.@OEA_Oficial continue à assurer le suivi et travailler avec Haïti. Essentiel pour continuité institutionnelle que les élections aient lieu au plus tard en janvier 2021. Nous soutenons efforts du Pres. Moïse et son gouvernement pour assurer la qualité de démocratie dans le pays ».

Quelques minutes plus tard, Michael G. Kozak, Acting Assistant Secretary for U.S. Department of State's Bureau of Western Hemisphere Affairs, lui a répondu : « Les États-Unis exhortent Haïti à organiser des élections législatives dès que techniquement possible. Comme l'a dit l'OEA, ce devrait être d'ici janvier 2021. »

Les signaux de fumées entre Haïti, l’OEA et les États-Unis d’Amérique se multiplient depuis quelques jours. À chaque fois, la communauté américaine parle, la présidence haïtienne agit.

Mercredi, le ministre des Affaires étrangères d’Haïti, le Dr Claude Joseph, minimisait l’impatience des USA de voir un retour aux institutions démocratiques en Haïti. Ce vendredi, Kozak précise que c’est bien d’ici janvier 2021 que la tenue des élections est souhaitable en Haïti. Le chancelier avait mal décodé sa position. Ce n’est pas la première fois.

Comme pour officialiser qu’il est le maître du temps, Jovenel Moïse annonce des élections d’ici février ou mars 2021, dans les meilleurs délais.

Et pour bien montrer que la démocratie est au placard, les membres du Comité consultatif indépendant pour l’élaboration du projet de la nouvelle Constitution sont hors de toute provision légale. Le président qui les a nommés détient son pouvoir de la Constitution en vigueur, eux non.

En fait, ils ont juré de respecter quoi exactement ? Pour ce qui est de l’indépendance des membres du Comité, on verra à l’usage.

Dans le match présidence haïtienne face à la communauté internationale, il y aura encore des rounds. La guerre des nerfs et la guerre de position vont se poursuivre sur les délais et sur les principes.

Une autre guerre se tient dans le même temps entre Jovenel Moïse et ses opposants.

Pas un jour sans une dénonciation, une accusation, une mise au point d’un membre de l’opposition. On marche sur du poivre dans l’opposition. La présidence doit boire du petit lait devant tant de divisions.

Qui a parlé avec Jovenel Moïse ? Qui a accepté d’être sur la liste des premiers ministres possibles ? Qui refusent catégoriquement le dialogue ? Qui veut une capitulation sans condition ? Qui a pris de l’argent ? Qui dort dans le lit du camp d’en face ?

La liste des interviews est sans fin pour acculer ou corriger un ancien ami alors que les cordes liant l’un à l’autre les opposants se désintègrent.

Si pouvoir, opposition et communauté internationale cherchent à se piéger mutuellement, la population est dans l’inquiétude permanente. Les nouvelles sur les fronts économiques et sécuritaires ne sont pas rassurantes.

Le premier mois de l’exercice fiscal prend fin. Il ressemble déjà, peyi lòk mis à part, à octobre 2019. Les institutions démocratiques ne sont pas en ordre de marche. Rien ne se met en place pour les renforcer. Chaque camp veut imposer ses vues sans vue d’ensemble.

La population souffre des mêmes maux qu’hier, les leaders politiques usent des mêmes mots qu’hier. Sans recherche réelle de solutions, chaque camp cherche à faire passer son chameau dans le chas d’une aiguille.

Frantz Duval

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".