L’Université Quisqueya rend hommage au bâtonnier Monferrier Dorval

Publié le 2020-09-25 | Le Nouvelliste

L’Université Quisqueya (UNIQ) a rendu, le vendredi 25 septembre 2020, un bel hommage au bâtonnier Monferrier Dorval, assassiné le 28 août 2020 dernier. Mené par Me Joseph Dieunor Alexandre dans la posture de maître de cérémonie, cet événement a été marqué par la présence et les interventions de plusieurs personnalités et amis du défunt telles que Jacques Édouard Alexis, ancien Premier ministre et cofondateur de l’UNIQ, Me Bernard Gousse, doyen de la Faculté des sciences juridiques et politiques, la professeure et constitutionnaliste Mirlande Manigat, Jacky Lumarque, recteur de l’Université Quisqueya, Jerry Tardieu, ancien député de Pétion-Ville.

Sitôt les émouvants propos introductifs du maître de cérémonie Me Joseph Dieunor Alexandre et le salut au drapeau terminés, on enchaîne avec les interventions de Fedner Athis et Emmanus Dorval, respectivement neveu et cousin de Me Monferrier Dorval. Tous deux, ont campé le portrait de cet éminent juriste et avocat, brillant intellectuel, qu’ils désignent affectivement Féfé, tombé sous des balles assassines en sa résidence même. 

« Le maître est tombé. Le maître vivra », laisse tomber l’ancien Premier ministre et cofondateur de l’UNIQ Jacques Édouard Alexis pour commencer ses propos de circonstance. Après le récit de ses expériences avec Me Monferrier Dorval qu’il décrit, entre autres, comme un passionné du droit, un passionné de son enseignement, un passionné d’Haïti, il confiera : « Le maître vivra. Il nous revient de défendre la chronologie qu’il nous a laissée en héritage. Le changement constitutionnel avant les élections. Il nous faut au moins examiner toutes les audacieuses modifications qu’il a proposées dans le cadre de la rédaction de la nouvelle constitution. Certes Me Dorval a plaidé pour l’adoption d’une nouvelle constitution, mais pas celle que veut nous faire avaler, ce que l’on appelle depuis un certain temps, la communauté internationale, via une de ses ambassades, ou via le BINUH, ou encore le chien couchant OEA. Mais un acte à réaliser dans la plénitude de la souveraineté nationale, car le maître souffrait de constater que depuis un certain temps les dirigeants du pays ne font aucun effort pour défendre la dignité nationale ou pour faire respecter ce grand peuple qu’est le peuple Haïtien. »

Me Bernard Gousse, doyen de la Faculté des sciences juridiques et politiques, a rappelé les responsabilités de l’université en ces circonstances particulières. "Ainsi se comprend notre responsabilité au sein de l’université. Éveiller les intelligences, ne serait-ce qu’une seule, les pousser au-delà de leurs limites, leur instiller le sens de leur responsabilité, et, recevoir en remerciement, leurs réussites qui nous font espérer en l’avenir."


Ralph Dougé, représentant des étudiants donne voix à un message de Claude Moïse, actuel titulaire de la Chaire Louis-Joseph-Janvier. Dans le texte de ce dernier on retient: “On aura également observé que la problématique constitutionnelle évolue avec les péripéties de la lutte sociale et politique, que l’effondrement de l’État dictatorial n’ouvre pas automatiquement la voie à la démocratie, que l’instrumentalisation qui a été faite de la Charte de 1987 par les groupes d’intérêt, que tous les rapiéçages qui résultent de la confrontation des forces en lutte pour le pouvoir rendent plus compliquée la recherche d’une voie constitutionnelle adaptée à notre pays. D’où la nécessité de ne pas se contenter de l’élaboration de règles de droit les plus rigoureuses, les plus adéquates possibles, elles-mêmes instrumentalisables, mais de se demander avec toute la sévérité possible, quel est-il au juste ce pays à constituer?”

Me Alain Guillaume, professeur à la FSJP, et ancien étudiant du Professeur Dorval dans son discours dira de Me Dorval que ce dernier, avait " choisi de son lieu de Professeur de contribuer à la grandeur de cette Patrie qu’il chérissait, celle-là même où avaient lieu les assassinats demeurés impunis des Lafontant Joseph, Yves Volel, Mireille Durocher-Bertin ,Guy Francois Malary , Jean Erick Dubosse et autres… Cette Patrie même qui paradoxalement fait migrer nos jeunes et valeureux cerveaux, si nombreux, vers d’autres cieux plus cléments, plus accueillants….. Comme juriste engagé, il croyait qu’Haïti avait un futur reluisant ce dont personnellement, je ne suis nullement certain, de plus en plus, chaque jour…. Mais à ceux qui du mal se font une spécialité, il n’est pas inutile de rappeler, en empruntant le titre d’un roman de Mo Yan, “La dure loi du Karma” elle existe et on la verra à l’oeuvre. Monferrier Dorval n’a pas été qu’un professeur de droit public. Il a été un professeur de vie. Il nous a enseigné la verticalité, la dignité, la culture de l’excellence, l’amour de ce pays…. C’est à cet Homme-là que nous avons tenu à rendre hommage aujourd’hui. Il continuera sans doute à éclairer nos chemins . Mais, dans certaines circonstances espérer n’est pas logique. Je comprends tout à fait ceux, les étudiants notamment, qui s’interrogent sur leur devenir au milieu de ces ténèbres. Je les comprends quand on sait que sous certaines latitudes on honore encore les valeurs, que sous certaines latitudes le savoir et la compétence sont portés aux nues alors que chez nous on éteint les étoiles.”

Après le témoignage-vidéo de Samuel Pierre, Président de GRAHN-Monde et de l'ISTEAH, Professeur titulaire à Polytechnique Montréal, ce fut autour de Rosy Auguste Ducena, responsable de programmes au RNDDH, de prendre la parole. “Devant l’absence de volonté politique réelle lorsqu’il s’agit d’enquêter et d’engager des poursuites contre les auteurs de ces crimes, il est temps d’exiger de la Cour interaméricaine des droits de l’homme la condamnation de cet État meurtrier. Sollicitons du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, l’ouverture d’une situation sur Haïti, et poursuivons par devant la Cour pénale internationale, les actuels dirigeants, ainsi que leur équipe, pour crimes contre l’humanité. Arrêtons de le dire. Faisons-le. Communiquons régulièrement et encore plus s’il est possible, tous nos constats de violations de droits humains à la communauté internationale, afin qu’elle cesse enfin de soutenir cet Etat dont les responsables se sont donnés pour mission de nous faire périr par tous les moyens. Exigeons le respect immédiat et sans conditions de notre droit à la vie. En agissant ainsi, non seulement nous éviterons la répétition de ces assassinats spectaculaires, mais aussi et surtout nous oeuvrerons à offrir à nos progénitures un pays où l’État de droit est érigé et où les droits humains en général et le droit à la vie en particulier seront respectés. Pour Me Monferrier Dorval et pour toutes ces victimes, nous leur devons au moins cela.”

L’ancien bâtonnier Stanley Gaston a porté les mots du du Bâtonnier de Paris, tandis que la Bâtonnière a.i. du Barreau de Port-au-Prince, Me Marie Suzy Legros a fait un survol des ambitions et du travail réalisé et des chantiers laissés par le feu bâtonnier. Prenant la parole au nom de de l’Université d’État d’Haïti, le professeur Lyonel Sanon, a fait un aussi énuméré quelques unes des grandes décisions prises par le rectorat de l’UEH pour perpétuer la mémoire de Me Monferrier Dorval avant de conclure: “Le plus bel hommage que nous puissions vous rendre, c’est de nous montrer digne de votre héritage. Me Dorval, qu’on retienne vos leçons d’humilité, qu’on vous propose comme modèle du vrai démocrate pour les générations d’aujourd’hui et de demain”.

Ce beau bouquet d’hommage au bâtonnier Dorval s’achève avec les propos de circonstances du Recteur de l’Université Quisqueya Jacky Lumarque. Visiblement ému, il confiera, “cette enceinte universitaire est habitée à jamais par la présence irradiante du professeur. Pour perpétuer son souvenir, nous avons décidé de donner son nom à la salle où se réunissaient les membres de la Chaire et au-delà de cet acte symbolique, nous avons aussi décidé de poursuivre le travail de la Chaire, de l’approfondir, de l’élargir et de continuer avec les cahiers de la chaire.” Poursuivant ses propos, il touchera différents sujets, dont celui de la nouvelle constitution. S’il déclare qu’il en faut une nouvelle, il précisera cependant: “ il faut savoir qu’en l’absence d’un accord politique solide impliquant les forces organisées de la société, l’entreprise en cours est appelée à conduire le pays tête droite vers le chaos. Nous sommes à la croisée des chemins. C’est le moment de faire appel à notre patriotisme et de vivifier ce sentiment d’amour et de dévotion à la mère-patrie et travailler à renforcer l’alliance avec tous les autres citoyens qui partagent ce même sentiment. Les conseils ou les injonctions qui viennent de l’étranger ne peuvent pas être guidés par le même élan patriotique qui nous anime. C’est à nous de prendre en main notre destin, en toute indépendance de pensée et d’action.”

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".