Instruments de contrôle

Jovenel Moïse veut modifier le décret de 2005 sur la Cour des comptes

Publié le 2020-09-07 | lenouvelliste.com

Les procédures de contrôle de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA) ralentissent l’exécution des projets du gouvernement, estime le président de la République. Pour aller plus vite dans la réalisation de ses programmes, Jovenel Moïse a demandé au Premier ministre de rencontrer les membres de la Cour des comptes en vue de modifier  le décret de 2005 qui régit la CSCCA.

La Cour des comptes est synonyme de blocage des contrats, à entendre parler le président de la République et des membres du gouvernement. Jovenel Moïse veut modifier le décret de 2005 sur le fonctionnement de la Cour des comptes pour aller plus vite dans la réalisation de ses projets. Il l’a clairement fait savoir dimanche à l’occasion de la 6e édition du programme baptisé ‘’Dialogue communautaire’’.

« Premier ministre, toute affaire cessante, vous allez rencontrer les membres de la Cour des comptes pour prendre connaissance des problèmes et les résoudre une fois pour toutes. Selon la loi, les projets doivent passer cinq jours à la Cour des comptes. Il doit y avoir une loi sur ce qui doit être fait après ces cinq jours », a déclaré le président de la République, qui veut modifier le décret de 2005 sur le fonctionnement de la Cour des comptes.

« Ce problème avec la Cour des comptes est un problème extrêmement grave qu’on doit résoudre ensemble », a soutenu le chef de l’État.

 « Les lois sont là pour développer le pays pour le bien-être de la population. Après 15 ans, il peut y avoir des petits problèmes techniques dans le décret de 2005 sur le fonctionnement de la Cour des comptes. S’il y a un obstacle, on doit ensemble le surmonter pour servir le pays », a affirmé le chef de l’État. « Il y a un problème, on doit le résoudre », a ajouté Jovenel Moïse.

« J’ai parlé aux dix juges de la Cour des comptes, pour moi, ils sont de bonne foi. C’est pourquoi j’ai demandé au Premier ministre de les rencontrer, paske nou pap kanpe. Mwen klè sou sa ! », a lancé Jovenel Moïse, laissant croire qu’il va avancer dans ses projets avec ou sans les avis favorables de la Cour des comptes.

« Nous avons un seul choix. L’exécutif doit s’entendre avec la Cour des comptes pour donner de la satisfaction à la population. Cette histoire de navette dans les dossiers entre la Cour des comptes et l’exécutif, c’est fini », a lancé le président.

Selon le ministre des Travaux publics, il n’y a pas 10% de contrats aux TPTC approuvés par la Cour des comptes. Nader Joiséus a souligné que même le dossier de la réhabilitation de la Cour des comptes a été soumis à la Cour depuis un certain temps.

« Je ne sais pas si c’est de la méchanceté ou de l’ignorance totale, j’ai l’impression que les gens ne savent pas quand ils sont dans l’État qu’on doit composer ensemble pour trouver une solution afin de sauver la population », a avancé le ministre Nader Joiséus, faisant référence aux membres de la Cour des comptes.

Le président Jovenel Moïse n’a pas digéré le fait que la Cour des comptes a retourné le contrat de l’État haïtien avec le General Electric sur la construction d’une centrale électrique dans la commune de Carrefour.  



Réagir à cet article