Covid-19 : le MSPP rend disponibles 240 lits au Centre olympique et à Delmas 2

Publié le 2020-06-02 | lenouvelliste.com

Le MSPP a rendu disponibles 240 lits répartis dans deux centres de niveau 1 et 2 pour assurer la prise en charge de patients atteints de la Covid-19. L’un, installé au Centre olympique, sur la Route 9, en face de Canaan, « a une capacité établie de 200 lits », a confié le Dr Lauré Adrien, directeur général du MSPP et co-président de la commission de gestion de la Covid-19, lors d’un point de presse à l’hôtel Montana, mardi 2 juin 2020.

Le nombre de lits peut augmenter. Ce centre dispose de matériels pour procéder à l’oxygénothérapie, des radiographies, a poursuivi Dr Lauré Adrien, soulignant que des dispositions sont prises pour soigner des patients avec des comorbidités comme le diabète ou l’hypertension artérielle.

L’autre centre, de 40 lits, est aménagé à Delmas 2, dans un espace qui devait initialement prendre en charge les traumas provoqués lors d’accidents de la circulation. Sur les 40 lits, quatre sont disponibles dans une unité de soins intensifs ; 7 lits disposent de ventilation assistée et 10 de ventilateurs branchés et fonctionnels.

130 professionnels, dont 45 médecins haïtiens et cubains, vivent sur le site pour soigner les malades. 30 patients sont pris en charge actuellement. En moyenne, l’hospitalisation dure entre et 7 et 10 jours. Pour chaque patient nécessitant l’oxygénothérapie, le ratio est de15 bonbonnes pour la durée de l’hospitalisation, a expliqué Dr Lauré Adrien, soulignant que sur 56 personnes soignées dans ce centre, on dénombre 6 morts. Deux d’entre eux sont arrivés à l’hôpital trop tard. L’un est mort pratiquement sur le seuil de ce centre et l’autre cinq minutes après la prise en charge, a expliqué Dr Adrien, qui appelle la population à être proactive. « C’est l’attitude qui peut rendre grave la maladie », a-t-il insisté.

Le directeur général du MSPP et co-président de la Commission de gestion de la Covid-19 a mis en avant les efforts faits par l’Etat pour mettre en place ces centres et salué l’attitude de la population qui manifeste moins d’hostilité face à l’implantation de centres de traitement de la Covid-19. Cette tendance change « heureusement ». C’est à « l’honneur de la population », a dit Dr Lauré Adrien.

« C’est un avantage d’avoir un centre de traitement près de chez soi », a renchéri le Dr Jean William Pape, qui a aussi insisté sur le comportement responsable que des porteurs sains ou des gens n’ayant de forme sévère doivent avoir, parce qu’ils sont capables de contaminer les membres de leurs propres familles, peut-être plus vulnérables à cause de leurs âges et de comorbidités. Si vous avez « une petite fièvre » et que vous ne pouvez pas rester chez vous, mettez un masque, restez loin des autres, a conseillé Dr Jean William Pape.

Les centres de prise en charge du MSPP rejoignent sur le front d’autres installés dont l’hôpital universitaire de Mirebalais sous la houlette de Zanmi Lasante, celui de l’hôpital St-Luc, de l’hôpital Albert Schweitzer, l’hôpital St-Boniface, hôpital Sainte-Thérèse...

Le pays est cependant encore loin de disposer de 500 lits pour faire la prise en charge des malades. Au 31 mai 2020, le pays dénombre 45 morts, 2 226 cas confirmés dont 2 169 sont des transmissions communautaires.

Et on ne dénombre pas les patients qui refusent de se faire tester ni même d'aller à l'hôpital ou de consulter un médecin. 

Roberson Alphonse



Réagir à cet article