Haïti au Festival de la bande dessinée en Martinique

PUBLIÉ 2019-11-11


Chevelin Pierre et Ralph Penel Pierre, deux frères dessinateurs haïtiens, sont invités en Martinique à la sixième biennale de "La Caravelle fait ses bulles" qui se tiendra dans la ville de Trinité. Du 14 au 16 novembre 2019, aux côtés de plusieurs illustrateurs de renom venant d'Espagne, d'Italie, des États-Unis, entre autres, nos deux artistes vont rencontrer le public martiniquais et d'autres pays de la Caraïbe, tenir des masterclasses à l'intention des étudiants de lycées techniques, faire valoir leurs talents, vendre leurs œuvres, établir d'importants contacts avec des maisons d'édition martiniquaises et surtout représenter fièrement Haïti.

Chevelin Pierre est un dessinateur qui se passe de présentation. À travers sa maison de production de bande dessinée Chevelin illustration, il crée des chefs-d'œuvre dont l'essence est puisée dans les traditions, les légendes et l'imaginaire socioculturel d'Haïti. Grâce à l'expansion des réseaux sociaux, l'œuvre de Chevelin parcourt le monde. Ses séries d'histoire en images gagnent le cœur des internautes et il se fait une belle clientèle issue de différents pays de plusieurs continents. C'est ainsi que l'équipe organisatrice de la biennale "La Caravelle fait des bulles" a découvert l'illustrateur de la saga "Bizango".

"Quand ils m'ont contacté j'étais à la fois ravi et étonné, confie Chevelin. C'est la première fois qu'Haïti est invité à un événement du genre. Ce qui était surprenant, c'est le fait qu'ils m'ont assuré que j'ai déjà un public là-bas qui attend de me rencontrer." Et c'est sur cette base que le dessinateur emporte dans ses bagages les titres "Amwari", les deux premiers tomes de "Bizango" écrits par Sandra Cériné, "Zanfan libète" dont l'histoire est de l'auteure jeunesse Marlène Etienne, "Tezen" de Cleeford Pavilus... et quelques boîtes des jeux de construction Haiti Puzzle dont il est l'illustrateur. Outre l'exposition-vente qui aura lieu les 14, 15 et 16 novembre sur la Place Joyeuse où l'accès est gratuit pour le public, Chevelin rencontrera des étudiants des Lycées d'art technique et des maisons d'édition qui l'ont déjà contacté du 11 au 20 novembre.

Mais le professeur d'art ne sera pas seul. Il aura à ses côtés son frère cadet Ralph Penel Pierre, talentueux dessinateur lui aussi, qui est en résidence artistique en Martinique depuis plus d'une semaine. Ralph, s'il ne s'est pas enfermé dans une boîte d'édition, est tout aussi sollicité pour ses compétences en dessin, illustration et graphisme. Évoluant en free-lance, il est l'auteur des deux tomes de la bande dessinée "Lobo" édités par la maison Areytos depuis déjà vingt ans (oui !) et de nombreuses illustrations qui sont sous nos yeux au quotidien. Les deux frères sont donc invités à présenter leur savoir-faire, donner des masterclasses et aiguiller certains choix professionnels des lycéens martiniquais déjà impatients de les écouter.

Ticket ne peut que souhaiter bon succès à nos deux compères qui vont vendre de manière colorée un bout de notre si riche culture à nos cousins de la Caraïbe.

À propos du festival (tiré de la page Facebook de "La Caravelle fait ses bulles")

"Un Festival de bande dessinée unique dans la Caraïbe. La Caravelle fait ses bulles est une manifestation mise en place par la ville de La Trinité et mise en œuvre par la Médiathèque municipale. Elle s’est installée progressivement dans le paysage littéraire et culturel de la Martinique. [...] Aujourd’hui, ce festival a dépassé très largement les frontières communales, voir intercommunales du nord. Cette année, la Caraïbe sera mise à l’honneur notamment en invitant des auteurs guadeloupéens et haïtiens. Un espace de rencontres, d’échanges entre les bédéistes et les bédéphiles. C’est un événement qui crée une émulation entre les auteurs antillais et les auteurs européens. Il facilite les contacts entre professionnels mais aussi entre ces professionnels et le public. Les objectifs qui président à l’organisation d’un tel Festival : développer l’intérêt et le goût pour la lecture, au regard de l’engouement suscité par la bande dessinée, chez tous types de publics ; promouvoir la bande dessinée en tant que support d’apprentissage, en partenariat avec l’Education nationale ; accompagner, voire susciter l’éclosion de jeunes talents, par la création d’espaces d’expression et la mise en relation avec des auteurs confirmés et des éditeurs ; développer les échanges avec des auteurs bédéistes caribéens et faire découvrir la bande dessinée caribéenne."



Réagir à cet article