Les semences de la colère et le temps du massacre

1

Publié le 2019-09-25 | Le Nouvelliste

On le disait depuis longtemps aux nantis, au pouvoir politique, aux ambassades, que ce pays s’enfonçait dans une situation insurrectionnelle. Les écarts sociaux sont trop grands. Le déficit de sphère commune de citoyenneté ne pouvait, en s’aggravant, qu’alimenter la colère de l’exclu. L’arrivée au pouvoir de Martelly/Moïse/PHTK aggravait ce déficit. En prenant deux choses du duvaliérisme : du duvaliérisme authentique la vassalisation des institutions et la tentation totalitaire ; du jean-claudisme l’obsession de l’enrichissement personnel et l’exercice du pouvoir principalement comme source de jouissance des biens publics considérés comme biens privés. En face, les discours revendicatifs s’élevaient, n’attirant que répression et mépris de la part du pouvoir, indifférence de la part des secteurs aisés des classes moyennes, et se radicalisant proportionnellement à la violence ou au mépris qu’ils recevaient comme réponse.

La moyenne bourgeoisie et les classes moyennes aisées ont une grande part de responsabilité dans cette explosion sociale. C’est sur leur indifférence aux revendications populaires, sur leur silence, sur leurs préjugés que le PHTK s’est reposé pour estimer qu’il pouvait faire comme il l’entendait avec les vies et les biens. Des groupes de la société civile, des organisations politiques tentaient en vain d’attirer l’attention sur les conditions d’existence dans les milieux populaires, la répression, les privations, les alliances ponctuelles entre éléments du pouvoir politique et gangs. Tant que cela n’arrivait pas aux portes de ma maison plus ou moins protégée, tant qu’on ne me cassait pas ma voiture ou mon commerce, les choses pouvaient perdurer. Aujourd’hui encore, persistant dans leurs préjugés, leur mépris, bref leur cécité, on entend quelques voix –il est vrai, discordantes – parler de manipulation du peuple.

Ces mêmes voix essayaient de se réfugier, comme certaines ambassades, derrière une logique institutionnelle. Martelly/PHTK/Moïse n’ont pourtant fait que vider de son sens toute logique institutionnelle. Un président de l’assemblée nationale qui reconnait avoir désigné une ministre en accompagnant sa déclaration d’une plaisanterie de mauvais goût. Un sénateur qui avoue avoir reçu de l’argent contre un vote. Un président de la chambre des députés qui viole la Constitution et les règlements internes de l’institution qu’il préside. Une quotidienneté du scandale, exactions, corruption généralisée.

Quant à la grande bourgeoisie, la crise au sein du Forum économique en témoigne, son impossibilité de prendre une position semble donner raison à ceux qui disent que pour une partie de cette bourgeoisie, Haïti n’est pas son pays mais seulement son commerce. Cette partie est trop bornée, trop avide de gain immédiat pour s’inscrire dans une logique de transformation sociale vers plus d’équité et de justice sociale. Elle tient à cette économie de privilège, de rente.

Tout ce monde a fait comme si on était dans une normalité, et érigé le vice de la continuité en principe. Quelle normalité ? Quelle continuité ?

Face à cela, il restait la rue. La population la prend. Tant que Martelly/Moïse/PHTK resteront au pouvoir, la division sociale s’étendra entre ceux qui se lamentent sur ceux qui troublent l’ordre institutionnel et ceux qui dénoncent la corruption/perversion/désacralisation de l’ordre institutionnel par un parlement et un président qui le soumettent à leur logique de gang. Le peuple n’a que la rue, il continuera de la prendre. Martelly/Moïse/PHTK continueront d’essayer de se maintenir au pouvoir en sacrifiant tout à cette seule intention. Le choix est évident. En finir avec Martelly/Moïse/¨PHTK, initier une transition hors continuité, allant dans le sens des revendications populaires. Ou être complice des violences répressives par son silence et son inaction. La seule façon pour ce pays de retrouver du sens et de tenter de construire un « nous » et de sortir de la violence est d’en finir avec tout ce que Martelly/Moïse/PHTK symbolise. Les semences de la colère ont poussé. Nous en payons individuellement les conséquences et, hélas, continuerons de les payer si nous ne mettons pas fin aux causes du soulèvement. Pour détruire les pousses, les bandits légaux n’ont d’autre recours que le massacre. On a encore tué à saint-Marc, à Cité Soleil. Chaque acte répressif entraînera plus de radicalisation.

Trouvera-t-on des prétextes pour être complice de cela ? Parce que j’ai une maison, un commerce ? Parce que je bénéficie de quelques petits avantages ? Parce que je ne veux pas être contrarié dans ma petite vie ? Ou pouvons-nous, en tant que peuple, oser ce qui s’impose: poser les bases d’une autre façon de faire, d’être. D’une vraie démocratie. Cela ne peut pas se faire avec Martlly/Moïse/PHTK.

Non, je n’ai pas parlé de l’intervention nocture du président. A une heure aussi grave, il me paraît impératif de s’en tenir aux choses sérieuses. Si Jovenel Moïse reste au pouvoir, d’autres gens vont mourir, d’autres biens vont être détruits.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".