Olivier Martelly se remet de son opération

PUBLIÉ 2019-01-22
Le vendredi 18 janvier, Olivier Martelly a été admis à l’hôpital en vue de subir une amygdalectomie. Des complications sont survenues au cours de ce qui ne devait être au départ qu’une simple intervention chirurgicale et l’artiste a été hospitalisé pendant trois jours. Reconnaissant envers sa famille, ses fans et l’équipe médicale qui lui a prodigué des soins à Miami, Big O revient sur son expérience pour les lecteurs de Ticket.


« Je devais faire enlever mes amygdales depuis des années déjà. Je ne l’avais jamais fait et comme on le dit si bien, les risques deviennent plus élevés à mesure que l’on grandit. Au cours de l’année 2018 j’ai eu plusieurs petites crises, puis une dernière encore plus sérieuse qui m’a contraint à garder le lit le 31 décembre. Je me suis alors dit qu’il n’était plus question de repousser l’intervention comme je l’avais fait pendant si longtemps. Il me fallait faire enlever les amygdales le plus tôt possible, et le 18 janvier était la date la plus proche que j’avais pu trouver », a confié Olivier Martelly joint sur WhatsApp par l’équipe de Ticket.

« C’était supposé être une intervention bénigne qui ne durerait que quelques heures. Mais les choses se sont compliquées au moment où l’on m’enlevait le tube après l’opération. J’ai fait une réaction à un produit quelconque, de l’eau est entrée dans mes poumons et je me suis retrouvé avec des problèmes respiratoires. J’ai été transféré à un hôpital avec un département respiratoire où j’ai passé 3 jours. Maintenant je suis rentré chez moi. J’ai beaucoup de douleurs, mais je m’y attendais. Le plus important est que je n’ai plus aucune difficulté respiratoire », a assuré le fils aîné de l’ancien président Michel Martelly qui dit avoir été pris en charge à Miami par des excellents médecins et un staff composé en partie d’infirmiers et de médecins haïtiens.

Revenant sur ces dernières journées fort éprouvantes, Olivier Martelly ne cache pas sa reconnaissance envers les femmes de sa vie. « Ma mère et ma femme étaient à mes côtés jour et nuit. Je n’aurais pas survécu sans elles. Au cours de ces derniers jours, j’ai vu ma mère me traiter comme elle le faisait quand j’étais malade il y a 20 à 25 de cela. Quant à Bianka, ma femme, elle a pris soin de moi comme si j’étais son premier-né et elle continue encore à le faire. Je suis béni d’avoir ces deux femmes dans ma vie et rentrer retrouver ma fille à la maison a tout simplement été la cerise sur le gâteau », a avoué l’interprète de « Brimad », qui a aussi tenu à remercier ses fans pour leurs témoignages d’affection tant sur les réseaux sociaux que sur WhatsApp.

C’est un Olivier tout aussi débordant de gratitude qui a évoqué son autre mal, le vitiligo. « Je pense que je l’ai depuis un peu plus de cinq ans. J’ai vu plusieurs médecins et chacun d’entre eux m’a donné des prescriptions différentes. Mais je n’ai pas vraiment essayé un traitement. C’est surtout mon entourage qui ramène le sujet sur le tapis de temps à autre. De mon côté, j’ai simplement appris à vivre avec ma maladie. Je ne sais pas jusqu’où elle va s’étendre, mais quand je pense à tous les autres maux qui existent, je me considère béni de n’avoir que ça », a conclu le jeune père de famille.

Par ailleurs, Olivier Martelly est un artiste et il le demeure même en étant en convalescence. Sachant combien le public est friand de ses méringues carnavalesques, celui à qui on doit des titres comme « Pliye kò w » et « Ti lèzanj » veut aussi faire savoir aux inconditionnels du carnaval que Big O ne leur fera pas faux bond en cette période. « J’avais enregistré la méringue carnavalesque avant l’opération. Elle est déjà disponible sur Plezikanaval pour les fans. La méringue s'appelle "Poze" et cette année c'est Atis Polky qui est l'artiste invité. Nous planifions actuellement la vidéo, bien que je ne puisse pas faire grand-chose personnellement », a-t-il informé.



Réagir à cet article