PetroCaribe, est-ce la goutte d’eau qui fera déborder le vase?

Publié le 2018-08-21 | Le Nouvelliste

Editorial -

Haïti n’a pas bonne presse en matière de lutte contre la corruption. Nous occupons la queue du peloton de tous les rapports en la matière. Pourtant, la lutte contre la corruption fait toujours partie des programmes des candidats à la présidence pour être jetée aux oubliettes une fois qu'ils sont élus. Jovenel Moïse n’a pas fait exception à la règle. Après quelque 18 mois au pouvoir, le chef de l'État n’arrive pas encore à convaincre le pays de sa lutte contre la corruption.

La présidence Moïse ne s'est pas encore attaquée à aucun grand dossier de corruption. Toufois, ce ne sont pas les dossiers qui manquent. Le dossier de surfacturation des kits scolaires en est un exemple. Le principal accusé n’a-t-il pas été muté à l'étranger? Comme il est la norme chez nous, l’enquête se poursuit. La Cour supérieure des Comptes et du contentieux administratif (CSS/CA) a le mérite d’avoir produit son rapport dans le cadre de ce dossier. Pas étonnant si les autorités compétentes le classent sans suite. Comme on l'a fait pour les autres rapports produits par cette institution de contrôle sur le régime Tèt Kale, et même avant.

Les spécialistes de classement de rapports sans suite ont essayé en vain de faire de même avec ceux du Sénat sur la dilapidation du fonds PetroCaribe. On se rappelle les déclarations du chef de l’État Jovenel Moïse lors de sa visite officielle en France en décembre dernier devant des membres de la communauté haïtienne. Il assimilait le rapport parlementaire à une persécution politique. Il avait admis avoir des juges dans le système pour faire traîner le dossier. Si le chef de l’État contrôle le système judiciaire, il y a un élément qui lui échappe : ce sont les réseaux sociaux. Aujourd’hui, le challenge #Kotelajanpetrokaribea remet le dossier PetroCaribe dans l’actualité.

Personne ne sait sur quoi une telle initiative va déboucher. On se rappelle le rôle que les réseaux sociaux avaient joué dans le Printemps arabe.

Que des Haïtiens décident d’utiliser les réseaux sociaux pour demander des comptes sur le fonds PetroCaribe, c’est un bon début. Cette expérience pourrait être dupliquée pour exiger de la transparence dans le budget. C’est aussi urgent que le dossier PetroCaribe.

Les réseaux sociaux peuvent constituer un premier pas dans la longue lutte pour exiger que la lumière soit faite sur le détournement du fonds PetroCaribe. Il va cependant falloir d’autres engagements pour avoir les résultats escomptés.

Si Haïti figure parmi les pays où l’indice de corruption est l'un des plus élevés au monde, ce n’est pas une fatalité. C’est parce qu’une bonne partie de la population, pour une raison ou une autre, refuse de jouer son rôle de citoyen. Chaque Haïtien doit savoir qu’il a son mot à dire dans la gouvernance du pays. Chaque Haïtien doit savoir qu’il doit demander des comptes à ceux qui nous dirigent. Étant leurs employeurs, ils nous doivent des comptes. Il faut un challenge pour expliquer cela au chef de l’État, aux membres du gouvernement, aux parlementaires, etc. En attendant, on peut se demander #Kotelajanpetrokaribea.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".