Détention préventive prolongée: l’injustice de la justice

Depuis la chute des Duvalier, Haïti peine à instaurer un État de droit. La problématique de la détention préventive prolongée constitue aujourd’hui l’un des principaux problèmes auxquels fait face l’appareil judiciaire. Le taux de détention provisoire de la population carcérale du pays s’élève à plus de 70%, selon la dernière estimation de l’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Haïti, Gustavo Gallón, lors de sa huitième visite en Haïti, en mars 2017.

Ruth Cadet
Par Ruth Cadet
29 sept. 2017 | Lecture : 10 min.

« Ça fait 10 ans que je suis en prison et je n'ai même pas encore vu de juge », gémit Jean Roland Pierre*, à la prison civile de la commune de Carrefour. Accusé de viol sur sa fille de 15 ans, décédée pendant le séisme du 12 janvier 2010, ce cinquantenaire, visage blafard, torse nu, raconte ses déboires à un avocat stagiaire faisant partie du Bureau d’assistance légale (BAL) de Carrefour. « Ma fille m’a accusé de viol parce que j’ai été trop dur envers elle. Voulant se livrer au libertinage, elle m’a fait arrêter à l’instigation de son co

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.