Haïti-République dominicaine : Un spectacle pour renforcer les liens entre les deux pays

PUBLIÉ 2017-08-01
Le samedi 29 juillet 2017, le club “Three Blue” à Dajabon a accueilli les troupes de danse haïtienne et dominicaine, “Casa Latina” et “Roldan teatro popular” pour un spectacle de danse binationale placé sous le thème de l'amitié. Cette soirée à laquelle, les participants du “Rallye automobile Frontière libre” ont pris part, a été organisé en prélude à la journée internationale de l'amitié célébrée le 30 juillet depuis son instauration en 2011 par les Nations Unies.


La danse folklorique de l'île d'Haïti était au rendez-vous. Les chorégraphies endiablées ainsi que les musiques dominicaine et haïtienne ont fait les délices d’un public déjà conquis. Malgré le long retard constaté dans la programmation, les personnes qui ont fait le déplacement ont su patienter au son des rythmes de l'île. Les DJ engagés pour la soirée ont su créer une ambiance chaleureuse permettant aux amants de la danse, présents dans l’assistance d’exercer leurs talents, même de manière non professionnelle. Aux premières heures de la soirée, le public en question était majoritairement haïtien, il a fallu attendre 11 h PM pour voir une petite vague de dominicains, débarquer. On aurait dit que ces derniers ne se pointent dans les discothèques avant une certaine heure.

C’est la troupe dominicaine qui a démarré le show. En près de 40 minutes de show et six chorégraphies, elle avait mis l’assistance dans sa poche. Leurs différentes représentations ont mis en valeur la sensualité qui se dégage de la danse populaire dominicaine qui porte le nom de la musique sur laquelle elle est dansée, la bachata. De leur répertoire de mouvement, certains ressemblaient étrangement à certaines figures présentent dans les chorégraphies haïtienne de danse folklorique. Comme leurs voisins, les Dominicains sont religieux, ainsi donc les danseurs de Roldan teatro ont rendu hommage à la vierge Altagrace, sainte patronne et mère spirituelle des Dominicains, dans une chorégraphie dont les pas avaient des senteurs de vaudou. Le dirigeant de la troupe porte lui-même de Roldan a fait office de chanteur. D'après lui, haïtiens et dominicains partagent bien plus qu’une île, ils ont, entre autres, la spiritualité et le rythme en commun.

Après une assez courte pause, Casa Latina a pris le relais côté spectacle. Au début, le public haïtien présent, avait été quelques peu déçu de la prestation du groupe, car ce dernier a débuté son show par des chorégraphies de danses latines parmi lesquels un tango. Heureusement qu’il s’est vite rattrapé. Dès la troisième chorégraphie, les danseurs de la troupe ont su mettre la danse haïtienne en valeur. Par moment, on eût dit qu’ils défiaient la pesanteur tant leurs acrobaties paraissaient souples et surréalistes. Dans un mélange de danse contemporaine et folklorique, ces derniers ont forcé le respect de l’assistance. Lui faisant oublier la prestation des Dominicains qui les avait au début charmer. Le clou de la soirée est certainement la dernière prestation de Casa Latina. Au cours de celle-ci, un des danseurs de la troupe à capter l’attention du public particulièrement de la gent féminine. Ce dernier capta le public beaucoup plus par son physique mis en évidence par sa tenue de danse moulante que par ses mouvements qui étaient toutefois bien exécuter.

La soirée s’est terminée sur une note de bachata. Malgré leur arrivée tardive sur scène, peu avant 2 h du matin, les musiciens du groupe de bachata, engagé pour l'occasion, ont su animer la soirée jusqu’au petit matin.



Réagir à cet article