Dernier hommage au Maestro Lamarre

Les funérailles du musicien et éducateur Marc Lamarre ont eu lieu très tôt ce jeudi 17 juin au Pax Villa. Le Saint-Marcois a rendu son dernier souffle le mercredi 9 juin suite à une hospitalisation de plusieurs jours due à une hypoglycémie. Retour avec son fils Rénold Lamarre sur la vie d'une figure de proue de la musique du milieu du 20e siècle en Haïti qui a en même temps consacré sa vie au Sport et l'éducation.

Publié le 2021-06-17 | lenouvelliste.com

Parti pour l'au-delà à l'âge de 91 ans, Marc Lamarre est né à Saint-Marc dans une fratrie de 15 enfants. Dès l'âge de 16 ans, il est initié à la musique par M. Cléodore Cadet, dit Mèt Dòdò ou ti Dòdò. La trompette était son premier instrument.

Entré à Port-au-Prince, Marc Lamarre a fait des études dans plusieurs établissements d'enseignement supérieur de la place, avant de se rendre à Paris pour se former en électricité. Là-bas, il n'a pas lâché la musique, notamment à côté de son partenaire, Raoul Guillaume.

À 20 ans, Maestro Lamarre fonde le groupe « Jazz Sénat » avec son Frère, aussi trompettiste, Marcel Fleury, à côté du pianiste Guy Durosiers. Aux États-Unis, où le musicien a été pendant une année pour une formation en éducation physique, il a mis sur pied la formation musicale « Haïti Combo » qui allait devenir par la suite « Volo Volo ». De retour au pays, Marc Lamarre a aussi pris part à la création dans sa ville natale du « Diable du rythme de Saint-Marc ».

L'enseignant, le sportif et le fonctionnaire public

Marc Lamarre a enseigné au niveau primaire dans des écoles de la Cité Nissage Saget. Il a été aussi moniteur d'éducation physique dans des établissements et entraîné l'équipe de football de la ligue de Saint-Marc. Dans cette ville, Marc Lamarre, électricien de formation, a été engagé dans les premiers travaux d'électrification.

Comme Sous-commissaire à la jeunesse et aux sports au sein du MJSAC, Marc Lamarre a initié les parades du 18 mai, le championnat national scolaire avec les lycées du pays dans plusieurs disciplines sportives, les concours d'athlétisme dans les écoles, se targue son fils Rénold Lamarre. Maestro Lamarre a voulu intégrer la musique dans les écoles haïtiennes. Il a réussi à le faire dans certains établissements scolaires privés et congréganistes. Il a formé pour le compte du ministère de la Culture un ensemble d'éducateurs musicaux.

En octobre 2020, Maestro Lamarre a signé le premier numéro de « Haïti en musique », une série de livres sur la musique d'Haïti, titré « 160 partitions populaires ».  Un ouvrage qui retrace l'évolution de la musique populaire haïtienne, répertorie 160 partitions de mélodie de cette musique et présente des auteurs, compositeurs, interprètes et orchestres populaires.

Par ailleurs, Marc Lamarre a eu le temps de finaliser avant sa mort, le deuxième numéro de cette série d'ouvrages. « On laisse le temps au premier ouvrage de continuer à faire son chemin avant de penser à une publication posthume du second », a confié M. Rénold Lamarre.

Ce que Marc Lamarre n'a pas eu le temps de réaliser par contre, c'est la numérisation d'un ensemble de rythmes populaires haïtiens. « C'est un rêve qu'il a tant chéri », se rappelle son fils qui salue le départ du « dernier musicien des années 60 ».



Réagir à cet article