Insécurité : le secteur privé préoccupé, déplore l’inefficacité des autorités

Publié le 2021-05-10 | lenouvelliste.com

Plusieurs organisations du secteur privé se disent préoccupées de la dégradation du climat sécuritaire. Ayant assisté à un CSPN spécial le 17 avril dernier, à l’invitation du chef du gouvernement  Claude Joseph, ces associations ont déploré que la situation ne se soit pas améliorée deux semaines plus tard. « Les associations patronales signataires de ce communiqué ont assisté à une séance d’information le samedi 17 avril 2021 sur les nouvelles mesures adoptées par le gouvernement en vue d’enrayer l’insécurité et le phénomène de kidnapping. Lors de cette rencontre, les parties en présence ont pu échanger longuement sur la situation en général et les attentes de la population en particulier. Force est de constater que plus de deux semaines après, la situation n’a fait qu’empirer et que si mesures prises il y a eu, les résultats n’y sont pas, bien au contraire », s'alarment les signataires.

Plus loin, les organisations patronales ont souligné que l’insécurité multiforme impacte la population dans son ensemble et que les cas de kidnapping touchent tous les secteurs indistinctement. Elles exigent que la justice fasse son travail dans ce contexte d’insécurité extrême. « Trop, c’est trop; ceux qui ont pour mission de servir la population, et ce, jusqu’au plus haut niveau de l’État, ont failli à leur mission essentielle de servir et protéger. Notre économie part en lambeaux, les jeunes sont complètement désœuvrés et deviennent des recrues faciles pour les gangs armés qui s’installent et sévissent dans tous les quartiers au grand dam des habitants livrés à eux-mêmes alors qu’ils sont déjà confrontés à des difficultés financières pendant que la situation politique s’enlise et exacerbe la crise », déplorent les associations signataires. 

« Dans ce contexte de violence et d’instabilité généralisée, les chambres de commerce et associations signataires demandent au Premier ministre, chef du CSPN, de prendre acte de l’inefficacité des actions jusqu’à présent entreprises pour pallier le problème grave de l’insécurité, et les conséquences qui en découlent sur tous les secteurs de la nation. Par conséquent, nous demandons encore une fois aux autorités d’assumer leurs responsabilités et de prendre les dispositions qui s’imposent pour rétablir l’ordre et la sécurité sur le territoire national, en élargissant leurs consultations aux experts en la matière, en renforçant la police en voies et moyens. La sécurité est un droit fondamental dû à tout citoyen, et la nation attend de vous des actions concrètes pour rétablir l’ordre public », conclut la note, portant les signatures de Michelle Mourra, Laurent St Cyr, Wilhem Lemke, Christelle Vaval et Raina Forbin.

La note des associations patronales est publiée dans un contexte où les cas d’enlèvement ont grandement diminué dans la région métropolitaine. Des sources proches de la Commission nationale de désarmement démantèlement et réinsertion (CNDDR) ont confié au journal que les gangs de Grand-Ravine et de Village-de-Dieu ont observé une pause. « Les groupes armés de Grand-Ravine et Village-de-Dieu ont observé cette pause depuis plus d’une semaine. Mais, avant, ils ont libéré les gens qu’ils avaient enlevé et détenus. La plupart ont été libérés sans verser de rançon », avait indiqué cette source au journal. 



Réagir à cet article