Les États-Unis saluent le dévouement des organisations des droits de l’homme                       

Depuis plus deux ans, des organisations de défense des droits humains en Haïti sont sur le front, documentent des actes de violations de droits, des massacres perpétrés par des gangs présentés comme des alliés du pouvoir, en toute impunité.

Publié le 2021-04-28 | lenouvelliste.com

Au terme d’une rencontre avec deux organisations de défenses de droits de l’homme dont le RNDDH et le CARDH avec l’ambassadeur Michele B Sison, les États-Unis ont remercié les militants de droits humains pour leur engagement et leur dévouement, en dépit du danger, à lutter contre l’impunité. « J'ai rencontré @RnddhAyiti et @CardhHaiti pour les remercier de leur dévouement à l'avancement des droits de l'homme et de la dignité humaine. Les droits de l'homme sont au cœur de la politique étrangère américaine. #AmbSison », a tweeté l’ambassade des États-Unis, merci 28 avril 2021.

« Merci, @RnddhAyiti et @CardhHaiti pour avoir lutté contre l'impunité, vous mettant souvent en danger». Comme l'a dit @SecBlinken «Les pays qui protègent les droits de l'Homme permettent une plus grande prospérité et une plus grande sécurité pour tous.» #AmbSison », lit-on dans un autre tweet.                                           

« @SecBlinken nous a rappelé que nous devons défendre les droits humains et demander des comptes aux auteurs des violations des droits humains. Défendre les droits de l’homme partout dans le monde est dans l’intérêt des États-Unis. #AmbSison cc @RnddhAyiti @CardhH », a indiqué un dernier tweet.

Pierre Espérance, interrogé sur ces tweets de l’ambassade des États, a confié que les militants des droits humains qui dénoncent et documentent «  les violations systématiques » de G-9 qui s’est allié au pouvoir sont en danger. «  Oui, c’est un appui mais les Etats-Unis doivent se démarquer de ceux qui ont fait alliance avec des gangs qui sont impliqués dans des violations systématiques des droits de l’homme », a poursuivi le militant ds droits humains qui a appelé les Etats-Unis à « faire plus ».  Pour M. Espérance, les Etats-Unis devraient insister pour que l’Inspection générale de la PNH agisse contre les policiers qui sont de mèche avec les gangs et contre la politisation de l’institution.

« Nous apprécions  à sa juste valeur la reconnaissance des travaux  des militants de droits humains dans ce contexte extrême difficile. La protection des droits de l’homme  favorise la prospérité et le respect de la dignité humaine, comme l’ a souligné le secrétaire d’État américain Blinken », a confié au journal Me Gédeon Jean, responsable du CARDH. « Les droits humains étant liés à l’État de droit, le CARDH encourage l’administration Biden à exiger le respect de la Constitution du pays et des principe de la gouvernance démocratique », a-t-il poursuivi. 

En fin de mission, l’ambassadeur Michele Sison a souvent été critiquée pour son silence ou ses réactions tardives face à des violations de défense des droits humains dont des massacres perpétrés dans des quartiers populeux de Port-au-Prince. D’un autre côté, les appels des Etats-Unis et d’autres acteurs de la communauté internationale aux autorités haïtiennes pour protéger les populations vulnérables et pour traîner devant les tribunaux des auteurs de massacres sont restés lettre morte.



Réagir à cet article