Prix Mallarmé 2021 

Louis-Philippe Dalembert en lice pour le prix Mallarmé 2021 

Publié le 2021-04-27 | lenouvelliste.com

Le poète haïtien Louis-Philippe Dalembert est en lice pour la première sélection du Prix Mallarmé 2021 pour son recueil de poèmes  « Cantique du balbutiement » paru aux éditions Bruno Doucey en France. 

Présidé́ par l’ancien président du PEN Club français Sylvestre Clancier, les membres de l’académie Mallarmé vient de publier la première sélection du Prix Mallarmé 2021. Le Prix Mallarmé, l’une des plus anciennes et des plus prestigieuses distinctions poétiques, récompense un poète d’expression française pour un recueil de poèmes ou pour l’ensemble de son œuvre. Le jury est constitué́ de l’ensemble des membres de l'Académie. 

Liste de la première sélection

Jacques Ancet, La vie, malgré, Lettres Vives, 2020

Gérard Bocholier, J’appelle depuis l’enfance, La Coopérative, 2020

Béatrice Bonhomme, Proses écorchées au fil noir, Collodion, 2020

Laure Cambau, Grand Motel du biotope, Apic, 2020, 

Louis-Philippe Dalembert, Cantique du balbutiement, Bruno Doucey, 2020

Réginald Gaillard, Hospitalité des gouffres, Ad Solem, 2020

 Christian Poirier, Nœud de mer et de nuit, Le Taillis Pré, 2020

Jean-Marc Sourdillon, L’unique réponse, Gallimard, 2020

Christian Viguié, Damages, Rougerie, 2020.

Prix Mallarmé

Le Prix Mallarmé, attribué depuis 1937, récompense un poète pour un recueil de poèmes publié entre le 1er octobre de l’année précédente et le 1er octobre de l’année en cours. Ce prestigieux prix est décerné lors de la Foire du livre de Brive. Le prix est doté d’un montant de 3.800 € versé par la ville de Brive, laquelle offre également au poète lauréat une résidence d’un mois. L’année dernière, Jean Le Boël était le récipiendaire pour son recueil « Jusqu’au jour ». 

Cantique du balbutiement

Publié aux éditions Bruno Doucey en septembre 2020, « Cantique du balbutiement » propose des images délicates et tendres teintées de surréalisme et une douce musique. « Cantique du balbutiement » regroupe une quinzaine de poèmes autour de trois textes principaux et d’une thématique déclarée d’entrée de jeu, à savoir l’enfance. Le premier, « d’île enfance caraïbe », aborde, comme le titre l’indique, le thème de l’enfance sur une cinquantaine de pages. Il s’agissait pour moi de dire l’enfance en la ramassant dans un seul espace-temps. Mieux, dans le poème, le temps, l’enfance donc, est le véritable espace, le lieu d’où tout part et où tout se termine, car on y revient sans cesse. Je le dis ainsi : « tu es ô enfance / l’avant et l’après de toute chose / celle qui du néant vient et y retourne », a déclaré l’auteur lors d’une interview avec Robert Berrouët-Oriol pour la revue Madinin'Art.



Réagir à cet article