Soup joumou nan batay

Publié le 2021-03-25 | lenouvelliste.com

Ceux qui sont d’un certain âge ont dû connaître la “soup joumou” avec du giraumon, bien entendu, mais aussi de la banane, des pommes de terre, beaucoup de choux, des carottes, des navets, les gros bouquets garnis bien verts de légum-soup (pour respecter la graphie créole de l’époque) - avec céleri, persil, oseille - et quelques morceaux de viande-soupe (du jarret de bœuf avec son os et de la poitrine). Pour avoir du gras et des os. Amusements garantis pour ceux qui adorent explorer les « zo » à la recherche de la substantifique moelle.

Un peu plus tard, la banane a disparu. Le pain a pris sa place. Et vermicelle, macaroni et spaghetti se sont introduits dans la recette.

Il existe des “soup joumou” aujourd’hui qui sont un prétexte pour manger des pâtes : giraumon-viande-spaghetti-macaroni. Finis les nids de vermicelle et les macaronis en longs bâtonnets de la marque Arlequin mais les nouveaux sexys de Itala ou de Bongu. Quant aux zo-soup, seuls les puristes les réclament. Les plus “visye” ajoutent pye poul, pye bèf et cous de dindes importées dans leur « soup joumou ».

Ceux qui ont un certain âge ont dû connaître ces 1er janvier où on ne servait que la fameuse “soup joumou” pour tout repas de la journée. Nourriture sainte pour un jour spécial. Cela vous requinquait de la nuit blanche de réveillon du 31 décembre ou vous purgeait pour bien commencer la nouvelle année. Impossible de savoir la raison de ce régime particulier.

En ce temps-là, celui des années 70, il n’y avait aucune célébration officielle le 1er janvier. C’était un jour de repos et de visites pour récolter les étrennes. Le grand jour était le 2 janvier avec la dinde en famille, le discours du président à vie et la tournée du cortège présidentiel à travers la capitale avec sa pluie de petites monnaies sur tout le trajet.

Il doit avoir parmi les lecteurs de cet éditorial d’autres qui ont eu la chance de consommer de la « soup joumou » avec du riz. La soupe servant à la fois de viande, de sauce et de pois. Chez Manolo Pressoir, le dimanche matin, dans son hôtel de Petite-Rivière-de-Nippes, on sert la meilleure des “soup joumou” avec du riz blanc en accompagnement, pour les connaisseurs. Lit de riz baigné de soup joumou: original et koupe dwèt.

En fait, à chacun sa soupe et sa recette préférée. Un seul impératif : un bon giraumon.

Aujourd’hui qu’Haïti a officiellement soumis la candidature de la ‘’ Soup joumou’’ au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, il est à se demander quelle recette nous avons présentée ?

Celle dite de l’indépendance qui serait sans viande ou une version épurée qui met l’accent sur une soupe sans consistance avec peu d’ingrédients et un peu de viande. Celle qui donne le goût de la soupe sans les matériaux costauds d’une bonne “soup joumou” qui vous tient le corps des heures.

Ah, a-t-on expliqué dans la demande que la magie de la “soup joumou” s’opère le dimanche matin avant tout autre horaire.

Quel que soit le sort de la demande introduite par Haïti, la bataille pour faire connaître la “soup joumou” au monde entier doit se poursuivre. Elle ne fait que commencer. Notre soupe est si bonne que nous nous devons de faire connaître au monde le premier repas de l’année dans la grande tradition haïtienne.



Réagir à cet article