Un petit village inauguré à Lascahobas

Alliance coopérative internationale (ACI), en partenariat avec Heifer international, a inauguré mardi dans la 1re section communale Petit Fond (Lascahobas), un village contenant 23 maisons parasismiques et anticycloniques. Ce village a été construit grâce au financement d'ACI et We Effect pour un montant de 350 mille dollars américains. La cérémonie inaugurale s'est déroulée en présence des notables de la commune de Lascahobas, tels que l'agent exécutif intérimaire et le casec de la 1re section.

Publié le 2015-04-16 | lenouvelliste.com

Au pied d'une colline dont la façade est projetée vers une splendide verdure, se trouve une vingtaine de maisons qui forment le ''Village Men nan men''. Ce village dont la construction a débuté en 2011, est étendu sur une surface de deux carreaux de terre, a coûté 350 mille dollars américains à l'ACI, soit 12 mille dollars par maison - à l'initiative du Groupe d'appui aux rapatriés et réfugiés (GARR) de la commune et de la coopérative KOLOM. Chaque maison contient deux chambres à coucher, un salon et des toilettes à l'extérieur. Ce projet a été conçu pour aider certaines familles victimes de la catastrophe du 12 janvier 2010 ou déportées de la République dominicaine, qui n'ont pas d'abri propre. Pour la présidente de la coopérative KOLOM, Altagrâce Jeudy, ce jour est très spécial pour les familles de la 1re section de la commune. « C'est un rêve devenu réalité », a-t-elle soutenu, espérant que cette initiative ne sera pas la dernière dans cette région située à quelques kilomètres de la République dominicaine. Tout en conseillant aux bénéficiaires de faire bon usage de cet espace, l'agent exécutif intérimaire de Lascahobas, Junior Pierre, a pour sa part, remercié les partenaires qui ont impliqué dans l'aboutissement de ce projet. « Après la catastrophe du 12 janvier 2010, le problème de logement qui était un problème majeur dans ce pays, connaît une expansion », a signalé dans son intervention, le casec de Petit Fond, Jean-Marie Kercy, comme pour souligner l'importance d'une telle initiative. Il a tenu à remercier ACI, Heifer et les autres personnes qui ont directement contribué à la construction de ce village. Plusieurs mois de patience et de difficultés La construction du village a duré plus de trois ans. Les travaux et le processus ont été très longs selon les étrangers. « Nous avons commencé d'abord par sensibiliser les membres de la population », ont-ils laissé entendre. Avec un air de satisfaction reflété sur leurs visages, ces étrangers, environ une dizaine présents à la cérémonie, qui ont réuni de l'argent pour entreprendre ce projet, ont fait passer un message de ''vivre-ensemble'' dans cette petite communauté. Ils ont expliqué à la population que ces 350 mille dollars américains sont collectés grâce à la contribution de leurs pairs étrangers qui ont livré un jour de leur salaire. Le directeur régional de l'Association internationale communautaire, Manuel Marino, invite les bénéficiaires à éviter tout conflit de nature à diviser ce village. « Si nous restons unis socialement, ça nous permettra de grandir », a-t-il confié. Baptiste Anelia, une sexagénaire, ne cache pas son contentement. « C'est une grande victoire pour KOLOM et pour nous les bénéficiaires. Je n'avais d'un endroit fixe pour me loger avec ma fille », raconte cette mère de trois enfants, avant d'adresser des mots de remerciement aux différents partenaires. Heifer international a accompagné le projet jusqu'à sa finalisation. Selon le directeur de Heifer, Hervil Chérubin, celui-ci devrait servir d'exemple dans toutes les communautés d'Haïti. « Les bénéficiaires n'ont le droit ni de vendre ni de louer l'espace.


Réagir à cet article