Entre parades des gangs, manifestations, pillages et risque de massacre, la lente agonie de l'Haïti d'Ariel Henry

Si le gouvernement d'Ariel Henry claironne que "tout est globalement sous contrôle", le chef du G-9, Jimmy Chérizier, a appelé, ce mercredi, le Premier ministre Ariel à fuir, comme l’avait fait Ashraf Ghani, face aux talibans, en Afghanistan, pour éviter un bain de sang en Haïti.

Par Roberson Alphonse
Par Roberson Alphonse
30 septembre 2022 | Lecture : 6 min

Si le gouvernement d'Ariel Henry claironne que "tout est globalement sous contrôle", le chef du G-9, Jimmy Chérizier, a appelé, ce mercredi, le Premier ministre Ariel à fuir, comme l’avait fait Ashraf Ghani, face aux talibans, en Afghanistan, pour éviter un bain de sang en Haïti.

Aux Gonaïves, un ex-chef rebelle de 2004, Ti Will, a repris le collier à la tête d’une manifestation qui a réuni des milliers de participants ce mercredi.

Au Cap-Haïtien, à l'appel du leader de la formation politique Pitit Dessalines,

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.